Le 23e SIEL, une aubaine pour les Marocains pour découvrir la littérature africaine

Le 23e SIEL, une aubaine pour les Marocains pour découvrir la littérature africaine

Le Maroc rend hommage à la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale

«L’Afrique est un choix stratégique répondant aux orientations de SM le Roi. Le Maroc est censé s’intéresser à son ancrage africain. Les Africains ont une expérience en arts et en industries culturelles que les Marocains pourront découvrir lors du salon».

«L’occasion que le Maroc offre à la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) permet aux écrivains et éditeurs de se rencontrer, d’échanger, de tisser des liens et d’enrichir le potentiel culturel que nous avons». Ainsi se félicite, lundi soir à Rabat, Abdu Razzaq Guy Kambogo, de l’hommage qui sera rendu à ces Etats par le 23ème Salon international de l’édition et du livre (SIEL), prévu du 9 au 19 février à Casablanca. «La culture fait partie des secteurs à développer dans cette communauté», tempère l’ambassadeur du Gabon au Maroc qui estime, lors d’un point de presse dédié au SIEL, que «le livre est l’un des supports de la culture». Ainsi, cette grand-messe livresque sera une aubaine pour les Marocains de découvrir la littérature et la culture africaines dont ils ignorent indéniablement grand-chose. «L’Afrique est un choix stratégique répondant aux orientations de SM le Roi. Le Maroc est censé s’intéresser à son ancrage africain.

Les Africains ont une expérience en arts et en industries culturelles que les Marocains pourront découvrir lors du salon», estime dans ce sens Mohamed Amine Sbihi qui fixe la participation de ces Etats à 11 ministres de la culture représentant l’Angola, le Burundi et le Gabon, entre autres, aux côtés d’une quarantaine d’éditeurs et écrivains d’Afrique.

A propos du désintérêt des Marocains à la lecture, le ministre de la culture indique que la responsabilité de son département consiste en «la subvention du livre et des activités autour de celui-ci». «Certains secteurs sont, à leur tour, censés assumer la responsabilité pour inciter à la lecture», enchaîne M. Sbihi en faisant notamment allusion au département de l’éducation nationale.   

En termes de participation féminine, 8 écrivaines sur 22 auteurs africains prendront part, selon Hassan El Ouazzani, directeur du livre au ministère de la culture et délégué du SIEL, à cet événement.

Dans l’ensemble, 82 intervenants étrangers prendront part au Salon qui accueillera 702 exposants issus de 54 pays qui présenteront 100.000 titres en 3 millions d’exemplaires.

Pour rappel, le 23ème SIEL sera également marqué, pour la première fois, par la remise du Prix Ibn Battouta de la littérature du voyage décerné par le Centre arabe de la littérature géographique. Un prix remporté par plusieurs écrivains arabes dont l’auteur marocain Khaled Touzani.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *