Le Caire honore le théâtre expérimental

Le Caire honore le théâtre expérimental

Quelque 51 pays arabes et étrangers sont inscrits au programme de la 16ème édition du Festival international du Théâtre expérimental du Caire. Le Maroc n’est pas en reste. Il participe à cette édition en présentant deux pièces de théâtre. Il s’agit de «Annas wa lhijara», de la troupe Masrah Al Oufouk, mise en scène par Youssef Rihani, ainsi que « Ahl el makhabii » de la troupe Masrah Noun. Cette pièce est écrite et mise en scène par Karim Lafhel Cherkaoui. Pour rappel, la troupe Masrah El oufouk avait participé lors de l’édition précédente, avec la pièce Al-Tasarsira. Une pièce, qui selon les organisateurs a remporté un vif succès. «Annas wa lhjira» (les gens et la pierre( raconte l’histoire d’un détenu d’une prison sans portes ni fenêtres, construite juste de pierres, qui tente vainement de sortir de son isolement. Las, il crée un monde imaginaire qu’il meuble de personnages fictifs avec lesquels il entre en communication.
La deuxième pièce, «Ahl el makhabii», relate de sa part l’histoire des villes «cachettes» où les populations fuient les raids. Ils veulent y mettre en place un conseil délégué pour gérer les affaires de cette cachette. Au moment des élections pour la formation de ce conseil, un conflit électoral naît entre les différents protagonistes. Ce conflit se transforme, par la suite, en une lutte pour l’existence.
En outre, cette 16ème édition a été marquée également par un hommage rendu à la comédienne marocaine, Amina Rachid. Cet hommage vient s’ajouter à tant d’autres faits en l’honneur de cette actrice. C’est une sorte de consécration pour sa contribution au théâtre arabe.
Aux côtés de la comédienne marocaine, les organisateurs rendront également hommage à d’autres artistes et critiques d’Angletterre, d’Italie, de Pologne, de France, du Soudan, d’Egypte et d’Irak, pour ne citer que ceux là.
Parralèlement aux présentations de pièces de théâtre, le Maroc marquera également sa présence par l’organisation d’une conférence sur le thème : «Le théâtre dans l’ère post-moderne ». Cette conférence sera animée par le chercheur marocain Khaled Amin. Le jury, celui-ci est présidé par le critique américain, Gilbert Gil Lazer. Ce jury est composé, entre autres, de plusieurs artistes, critiques et réalisateurs d’Egypte, de Hollande, du Japon, de France, d’Angleterre, d’Italie, de Chine, d’Algérie et du Canada.
Par ailleurs, concernant toujours la participation arabe, la Palestine a été également de la partie. Elle participe par la pièce «Les géants de la terre» de la troupe Ashtar d’après les Dieux de la terre, de Gibran Khalil Gibran dans une mise en scène d’Imane Aune. Le conflit de l’homme sur terre y est symbolisé par les biais de 3 dieux, celui de la défaite, celui du triomphe et celui de la confrontation. En somme, la 16ème édition du théâtre expérimental a vu la participation de 51 pays arabes étrangers. Ces derniers ont présenté des pièces de théâtre, chacune reflétant le vécu culturel de chaque pays. Des pièces aux empreintes locales. Une façon de découvrir les diverses cultures et les techniques théâtrales de chacun.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *