Le Cervantès de Rabat a un nouveau directeur

Le nouveau directeur de l’Institut Cervantès de Rabat a un profil intéressant. Il a milité pendant plusieurs années dans un parti socialiste basque. En tant que membre du parti Euskadiko Ezkerra, il a collaboré activement à la transition démocratique en Espagne après le mort du général Franco en 1975.
Il s’est également engagé avec son parti pour résoudre la question de l’autonomie du pays basque en contribuant à l’élaboration et à l’approbation de la loi sur le statut d’autonomie de cette région en 1979.
Député au Parlement basque de 1980 à 1995, il n’ignore rien de la réalité de cette région. Il a quitté en 1995 le Parlement basque pour assumer le rôle de médiateur entre l’administration et le peuple. Cette fonction s’appelle défenseur du peuple en Espagne.
La mission qui était assignée à Xabier Markiegi consiste à défendre les droits fondamentaux des citoyens envers les administrations locales.
L’intéressé a également été directeur de l’école normale dans le pays basque. C’est ce que lui a peut-être valu sa nomination à la tête du Cervantès de Rabat qui s’occupe surtout de l’enseignement de la langue espagnole. Cet homme, qui découvre pour la première fois notre pays est né à Bilbao en 1938. Il lit «El Pais» et écrit de la poésie.
Interrogé sur la conjoncture politique entre le Maroc et l’Espagne qui n’est pas très bonne en ce moment, il répond : «le rôle d’un directeur du Cervantès n’est pas de parler des problèmes politiques, mais de promouvoir la culture.
Cela étant, il existe des racines communes entre nos deux pays. La fraternité entre nos deux peuples n’est pas un vain mot. Il faut chercher à consolider les liens et à faire de nos différences un vecteur de richesse». Xabier Markiegi dit qu’il est particulièrement sensible à la poésie et à la musique, mais qu’il est aussi curieux des autres modes artistiques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *