Le cinéma de José Luis Garcia au Cervantès

Le cinéma de José Luis Garcia au Cervantès

Lectures poétiques,  concert flamenco, pièces de théâtre, projections de films, sont à l’affiche du programme de l’Institut Cervantès de Casablanca durant le mois de juin.
Les amateurs de poésie auront rendez-vous mercredi 10 juin au théâtre de l’Institut avec les deux poètes Miriam Reyes et Ikram Abdis. Cette rencontre poétique sera organisée dans le cadre du cycle «Poèmes croisés».
Pour leur part, les cinéphiles auront droit à des projections de films cultes du réalisateur espagnol José Luis Garcia notamment «El abuelo» et «Volver a empezar». Ce dernier qui sera projeté lundi prochain raconte l’histoire d’un célèbre auteur nommé Antonio Miguel Albajara. Il  arrive à Gijon, sa ville natale, Stockholm, où il vient de recevoir le prix Nobel de littérature. Pendant quarante années, Albajara a été professeur de littérature médiévale à la prestigieuse Université de Berkeley en Californie. Là il a alterné sa tâche comme enseignant avec la production littéraire qui lui a donné la renommée mondiale.
Quant au film « El abuelo» qui sera projeté le 25 juin, l’histoire commence dans une  petite ville du Nord. Les gens se demandent encore «l’honneur familial… Qu’est-ce que c’est ?» M. Rodrigo de Arista Potestad, comte d’Albrit, est un monsieur de Jerusa et de Polán, croyait le savoir. Jusqu’à ce qu’il retourne de l’Amérique, vieux, presque aveugle et ruiné, a cause du décès de son seul fils. Le long-métrage «La vida perra de Juanita Narboni»  sera projeté le mercredi 17 juin en présence de sa réalisatrice Farida Belyazid. Dans ce film, il est question de Juanita, fille de père anglais de Gibraltar et d’une mère andalouse, elle nous raconte avec beaucoup d’humeur ses peines et désirs ainsi que celles des femmes qui l’entourent. Pour les amateurs de la danse Flamenco, il sera question d’un voyage incroyable avec la danseuse espagnole Rocío Márquez Limón et ce le mardi 23 juin au théâtre de l’institut. Rocío Márquez Limón est Andalouse par les quatre points cardinaux. Quand elle ferme ses yeux précieux, une connexion avec la magie se produit et nous présente à son grand ange en remplissant de beauté et fraîcheur l’espace qu’elle domine.
Côté théâtre, le théâtre de l’Institut arbitrera, jeudi 25 juin, la présentation d’ «El corazón de Antígona». Une tragédie grecque  écrite 400 ans avant Jésus Christ étant aujourd’hui l’œuvre préférée pour les assemblages théâtraux, l’opéra, la chorégraphie, et récits cinématographiques. Soyez au rendez-vous à l’Institut Cervantès de Casablanca pendant ce mois de juin.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *