Le cinéma marocain en force à Carthage

Le cinéma marocain en force à Carthage

La quarantième session des journées cinématographiques de Carthage (JCC) ouvrera ses portes samedi 11 novembre. Le Maroc participera, en compétition officielle, par le film «Tarfaya» du réalisateur Daoud Oulad Syad. Contacté par ALM, ce cinéaste a confirmé sa présence à cette manifestation : «Je suis obligé d’être présent pendant ce festival, étant donné que mon film participera en compétition officielle», a- t-il précisé.  Pour Daoud Oulad Syad, ce serait presque impoli de sa part d’être absent de ces journées cinématographiques. Ce réalisateur, qui prépare son prochain long-métrage intitulé «En attendant Passolini», va donc concourir aux côtés de quatorze autres cinéastes arabes et africains.  Parmi les films en lice pour remporter le Tanit d’Or, la plus grande distinction du festival, on peut citer les longs-métrages : «Barakat» de la cinéaste algérienne Djamila Sahraoui, «Awqat Faragh » du cinéaste égyptien Mohamed Mustapha, «Dunia» de la libanaise Jocelyne Saab ou encore «Bamako» du Mauritanien Abderahmane Sissako.
Côté courts-métrages, dix films sont en compétition. Deux sont marocains. Il s’agit de «Train» de Brahim Fritam et «Le défunt» de Rachid El Ouali. Le cinéma marocain sera donc présent en force à ce grand événement cinématographique arabe. En plus de la projection de deux courts et d’un long-métrage en compétition officielle, le public des 40èmes Journées cinématographes de Carthage pourront découvrir un panorama du cinéma marocain. Intitulé «Focus Maroc», ce panorama sera marqué par la projection des longs-métrages «Les ailes brisées» de Majid Rchich, «Ici et ailleurs» de Mohamed Ismaël, «La symphonie marocaine» de Kamal Kamal, ainsi que «Parfum de mer» d’Abdelhaï Laraki. Les courts-métrages ne seront guère oubliés dans ce panorama puisqu’il est prévu la projection de «Amal» d’Ali Benkirane, de «Aïda» d’Aziz Salmi, d’«Une place au Soleil» de Rachid Boutounès et de «R’da» d’Ahmed Bensouda. Le jury de cette manifestation est présidé par le romancier libanais Elias Khoury. Né en 1948 à Beyrouth, cet écrivain et critique littéraire occupe actuellement la fonction de rédacteur en chef du supplément culturel du quotidien libanais Al-Nahar après l’avoir été pour Al-Safir. Il tient une rubrique hebdomadaire dans le quotidien arabe Al-Qods al-Araby paraissant à Londres. Ses romans les plus connus sont «Le petit homme et la guerre» et «La porte du soleil». Les autres membres du Jury sont Mohamed Asli, la comédienne tunisienne Hind Sabri, l’actrice sénégalaise Rokaya Niang, ainsi que Fanta Régina Nacro du Burkina Fasso, un jury diversifié pour juger la diversité des films en compétition officielle.


 Films en compétition officielle


Section   longs-métrages

Algérie : Barakat (Djamila Sahraoui)
Algérie : Bled number  one (Rabeh Ameur Zaïmeche)
Egypte : Awqat Faragh (Mohamed Mustapha)
Gabon : L’Ombre de Liberty (Imunga Ivanga)
Iraq : Rêves (M. Al Daradji)
Liban : Bosta (Ph.Aractingi et N. Labaki)
Liban : Dunia (Jocelyne Saab)
Maroc  : Tarfaya ( Bab    el Bhar) (Daoud  Oulad Syad)
Mauritanie : Bamako (Abderrahmane Sissako)
Palestine : Attente (Rachid Masharaoui)
Syrie : Relations publiques (Samir Zikra)
Tchad : Daratt saison sèche (Mahamat Saleh Harun)
Tunisie : Making off (Nouri Bouzid)
Tendresse du loup (Jilani Saâdi)
Bab Aziz  (Naceur Khemir)

Section  courts-métrages

Algérie : La pelote de laine (Fatma Zohra Zamoum)
Egypte : Aujourd’hui 30 nov (Mahmoud Soleiman)
Ethiopie : Menged (Daniel Taye Workau)
Guinée : Be Kunko  (Problèmes de tous) (Cheikh F. Camara)
Liban : Hizz ya wizz (Wissam Charaf)
Maroc : Le défunt (Rachid El-Ouali)
Nigeria : Aïcha (Newton J. Aduaka)
Palestine : Be quiet / Reste
tranquille (Sameh Zoabi)
Syrie : Derrière les visages (Ayman Orsan)
Syrie : Le lavage (Hichem al-Zouki).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *