Le CNDH en train d’ancrer les droits culturels dans les provinces du Sud

Le CNDH en train d’ancrer les droits culturels dans les provinces du Sud

Il participe activement au Moussem de Tan Tan

Ces activités traduisent la volonté du CNDH et ses partenaires de redoubler d’efforts pour promouvoir le patrimoine saharien à travers des ateliers de formation, des pièces de théâtre…

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), en partenariat avec la Fondation Almouggar et le Centre des études sahariennes, participe au Moussem de Tan Tan qui se tient du 5 au 10 mai avec une série d’activités visant la consécration des droits culturels de la population locale.

Placée sous le thème «Le patrimoine saharien : oralité et savoir-faire ancestraux», la participation du CNDH aux activités du Moussem de Tan Tan s’inscrit dans le cadre de sa contribution à la promotion des droits culturels, dont le patrimoine hassani consacré par la nouvelle Constitution en tant que composante des expressions culturelles marocaines et affluent authentique de l’identité marocaine.

Le CNDH participe à cette nouvelle édition du Moussem, classé par l’Unesco patrimoine immatériel de l’humanité, avec un programme culturel riche et varié qui vise à promouvoir le patrimoine saharien à travers des ateliers de formation, des pièces de théâtre, des rencontres thématiques, et des activités pour le public jeune. Le CNDH tient par la même occasion un stand qui présente les publications du Conseil et celles du Centre des études sahariennes.

Le programme du CNDH de cette édition comprend une table ronde sur le Moussem de Tan Tan et la Convention de l’Unesco, la présentation du film documentaire sur l’inventaire du patrimoine culturel et naturel de la région d’Aousserd, ainsi que la présentation et la signature de l’ouvrage «Arts et coutumes des maures», et du «Glossaire environnemental hassani». Ces activités traduisent la volonté du CNDH et ses partenaires de redoubler d’efforts pour promouvoir le patrimoine saharien à travers des ateliers de formation, des pièces de théâtre, des rencontres thématiques, des présentations d’ouvrages et des activités pour le public jeune.

Cette mobilisation s’inscrit dans l’action du Conseil pour la concrétisation de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel ratifiée par le Maroc en 2006. Cette dernière se réfère explicitement dans son préambule aux droits de l’Homme et aux instruments internationaux y afférents, notamment la Déclaration universelle des droits de l’Homme, le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Ce référentiel a été enrichi et renforcé par l’adoption de la nouvelle Constitution du Royaume qui accorde un intérêt majeur aux droits culturels et à la promotion de la diversité des composantes de l’identité nationale, dont la culture hassanie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *