Le complexe de Sidi Belyout restauré

Le complexe de Sidi Belyout restauré

Le complexe culturel de Sidi Belyout reprend des couleurs. Cela fait un mois que des ouvriers s’y affèrent pour réaliser les quelques travaux d’entretien devenus nécessaires pour effacer les stigmates d’un vandalisme aux effets  dévastateurs.
Cette institution culturelle gérée par le Conseil de la ville de Casablanca en a beaucoup souffert. «Certains spectateurs se permettaient de casser les sièges, et de salir les murs, l’espace était complètement détérioré», déclare Aziz Alaoui, le directeur de ce complexe construit à la fin des années quatre-vingt. L’exploitation de la salle des spectacles était devenue presque impossible. Face à cette réalité, les responsables se sont retrouvé obligés d’entretenir les lieux avec diligence pour pouvoir accueillir la nouvelle saison culturelle dans les meilleures conditions possibles.
Refaire la peinture des murs, refaire les sièges, enlever les vieilles moquettes et les remplacer par du Gerflex… Tel est l’objet des travaux qui ont débuté au  mois de juillet.
De fait, il ne s’agit donc nullement d’une vraie restauration. «Je dirais plutôt qu’il s’agit-là d’un petit réaménagement en attendant les autres réparations», explique Ouafaa Skalli, chef de division de la culture et de l’animation à l’arrondissement de Sidi Belyout.
Cette dernière rappelle que les restaurations nécessitent un travail administratif préalable qui mobilise parfois beaucoup de temps et de moyens. «Rien que pour le choix du bureau d’étude qui doit s’occuper du chantier, les démarches administratives prennent plusieurs mois», indique Mme Skalli.
Ainsi, en attendant que le budget d’un million de DH soit débloqué pour les réparations inscrites sur le cahier des charges, un bon de commande d’un montant global de 300.000DH a été délivré par le conseil de la ville. Cette somme a servi pour entretenir tous les sanitaires du complexe, refaire les sièges et colmater le plancher de la scène. La majorité des trois cents sièges a été refaite. «Certains ont été récupérés, le reste a été jeté à la poubelle», déclare Aziz Alaoui.
Cinquante d’entre eux ont été estimés irrécupérables. «Dans cette salle, on ne compte aujourd’hui que 250 sièges», précise la même source. Et d’ajouter «ces travaux sont minimes par rapport aux  réparations que doit subir le complexe, mais c’est déjà pas mal », indique le directeur du complexe. Ces réparations comprennent le revêtement du sol, le revêtement des murs, l’éclairage, l’installation de nouveaux rideaux, la transformation de la Bibliothèque en galerie d’art et l’installation d’un nouvel équipement de sonorisation.
Tous ces travaux devront être réalisés au courant de l’année 2007. L’appel d’offres pour ce marché d’un million de DH a été lancé. Il ne reste donc plus qu’à choisir la société qui va effectuer les travaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *