Le concours de piano gagne en prestige

Le concours de piano gagne en prestige

En peu de temps, le Concours international de musique du Maroc (CIMM) s’est forgé une solide réputation. Personne n’aurait pu lui prédire ce succès, il y a trois ans. Après trois éditions, les meilleurs jeunes pianistes au monde sont fiers d’être sélectionnés pour y participer. Ceux qui y sont primés se voient récompensés dans des manifestations prestigieuses. C’est désormais une référence pour un musicien que d’inscrire sur son C.V. un prix remporté dans le Concours international de musique du Maroc. Farid Bensaïd, président de l’Orchestre philharmonique du Maroc qui organise l’événement avec le soutien de la BMCI, est fier de rappeler qu’il existe un seul guide international des concours de piano au monde. “Nous figurons dans le circuit“, affirme-t-il à ALM.
En plus, le CIMM bénéficie du soutien de manifestations internationales. A commencer par la plus prestigieuse d’entres toutes : le concours Chopin de Varsovie. L’année précédente, Andrzej Jasinski, président du concours Chopin de Varsovie, avait présidé le jury de la manifestation marocaine. Cette année, un autre Polonais siégera parmi les jurés. Il s’agit de Plotr Paleczny qui est vice-président du concours Frédéric Chopin de Varsovie. Quant au président du jury, c’est une femme qui vient de loin, du pays du Soleil levant. Yuko Yamaoka est présidente du Festival international de Yokohama au Japon. Les autres membres du jury sont : Jorge Martins, fondateur et directeur artistique du Concours international de Viseu (Portugal), Jean Fassina, auteur de “Lettre à un jeune pianiste“ ainsi que Mmes Boyer, Santia Foussard et Hamadi qui représentent le Maroc.
Le président du Jury n’est pas le seul à se déplacer de très loin pour venir au Maroc. Le directeur artistique du CIMM, le Polonais Marian Rybicki, a parcouru de longues distances pour trouver les participants au concours. Ils sont au nombre de huit, alors que lors des éditions précédentes, ils étaient seulement six. Il s’agit de Avan Yu et Isabelle Dermes (Canada), Davide Franceschetti (Italie), Norie Takahashi (Japon), Rafal Blechacz (Pologne), Alexi Nabioulin et Alina Kabanova (Russie) et Sergei Salov (Ukraine). Agés de 16 à 27 ans, ces candidats figurent parmi les lauréats des Concours Tchaikovsky, Dublin, Leeds, Rachmaninov ou Hamatsu. Ils promettent un niveau très élevé de jeu.
Ce niveau ne permet pas encore à des pianistes nationaux de prendre part à la manifestation. Un événement intermédiaire les prépare à affronter les grands : le concours national de musique du Maroc. Alors qu’il se livrait à de longues discussions pour expliquer que les jeunes pianistes marocains n’étaient pas encore prêts, Farid Bensaïd répond cette fois-ci par “bientôt“. C’est une promesse d’une entrée en lice imminente des pianistes marocains.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *