Le créateur d’Oxygène à Merzouga

Le créateur d’Oxygène à Merzouga

Après les pyramides de Gizeh, la tour Eiffel et la Cité interdite, le pape de la musique électronique vient d’offrir un bol d’ « Oxygène » au désert marocain. Au pied des dunes de Merzouga, Jean Michel Jarre a illuminé le ciel du Sahara, le temps d’une soirée féerique rassemblant des milliers de personnes. Bravant le froid et le climat désertique, les habitants de cette région savaient qu’ils avaient rendez-vous avec un concert-spectacle inédit et magique ce samedi 16 décembre. Idem pour ses fans venus des quatre coin du monde. Des sons, des lumières, deux feux d’artifice, des écrans géants implantés en plein désert, de puissants projecteurs… «Water for life» est une sorte d’opéra du troisième millénaire qui a laissé le public bouche bée devant un spectacle magistralement bien orchestré.
Le compositeur français le plus connu dans le monde célébrait ce soir la fin de l’Année internationale des déserts et de la désertification dans le cadré de la Décennie internationale d’action «Water for life». A ce jour, il a vendu plus de 60 millions d’albums (dont «Oxygène»). A sa manière, Jean Michel Jarre a voulu souligner l’importance de la protection et de la gestion durables des ressources en eau douce. L’ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture) aime «frapper les esprits avec la musique» et des messages clairs. Un golf en Arizona dépense en eau ce que la ville de Fès consomme en un mois. Un habitant de Las Vegas consomme 1000 litres d’eau par jour. Un enfant dans le monde meurt toutes les 17 secondes à cause du manque d’eau potable… «L’eau polluée tue plus que la guerre. A travers cette scénographie, nous souhaitons attirer l’attention de toute la planète sur ce problème. La protection de cette ressource est l’affaire de tous», a précisé Jean Michel Jarre, lors d’une conférence de presse, à Merzouga. Sur scène, le petit-fils de l’inventeur de la première table de mixage pour la radio française a réussi son pari. Celui de sensibiliser le grand public vis-à-vis de cette problématique. «L’eau est plus chère que le pétrole. Si le président américain en était conscient, il aurait envahi le Canada au lieu de l’Irak ! », lance-t-il, devant une foule qui ne cessait d’applaudir. Entouré de 60 artistes marocains, le pionnier de la musique électronique est passé maître dans l’art du mélange des genres artistiques. Gnaoua, Chaâbi, choristes, luth arabe, orchestre philharmonique… Jean Michel Jarre a montré et démontré son talent de musicologue hors norme.
Les habitants de Merzouga n’oublieront certes pas «Water for life». Déjà, cinq fontaines d’eau potable ont été construites pour l’événement et qui resteront acquises à la localité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *