Le décès de Rajae Belmlih dimanche à l’âge de 45 ans suscite une grande émotion

Le décès de Rajae Belmlih dimanche à l’âge de 45 ans suscite une grande émotion

L’artiste marocaine Rajae Belmlih n’est plus. Agée de seulement 45 ans, cette célèbre voix si douce de la chanson marocaine s’est éteinte dimanche après-midi à Rabat. Vendredi dernier, son état de santé s’était sérieusement détérioré nécessitant son transfert de Casablanca pour être admise à l’hôpital Cheikh Zayed dans la capitale où elle a rendu l’âme. Les obsèques de Rajae Belmlih ont eu lieu, hier, après la prière d’Addohr au cimetière Achouhada, à Casablanca, en présence d’un nombre important d’artistes marocains.  Suite au décès de la regrettée Rajae Belmlih, SM le Roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances et de compassion aux membres de la famille de l’artiste. Dans ce message, le Souverain a loué les qualités de la défunte et exprimé sa profonde affliction et sa grande émotion suite à son décès. «En cette douloureuse circonstance, dans laquelle votre famille a perdu sa précieuse perle, de même que le Maroc y a perdu l’une de ses créatrices les plus talentueuses, en culture comme en chanson, ainsi que l’une de ses voix les plus belles et les plus proches du cœur du public pour son art, son authenticité, ses valeurs morales et le rayonnement, dont elle jouit sur la scène arabe», a dit le Souverain.  Et d’ajouter dans son message : «Nous ne pouvons que vous exprimer, ainsi qu’à la famille marocaine des arts que Nous honorons et à l’ensemble des admirateurs de son œuvre, Nos vives condoléances et Notre sincère compassion». La disparition de cette artiste hors pair a suscité une profonde tristesse sur la scène artistique marocaine et arabe. «La mort de Rajae Belmlih est une perte pour le Maroc et, de manière générale, pour tout le monde arabe. C’était une femme exceptionnelle qui avait un grand cœur», déclare Hassan Nafali, président du Syndicat national des professionnels du théâtre.
Révélation de l’émission «Mawahib» d’Abdenbi El Jirari dans les années 80, Rajae Belmlih a commencé son parcours de chanteuse depuis son plus jeune âge. Dès ses débuts, avec ses chansons «Wahaqqika anta al mouna» et «Salou qalbi», elle a rapidement envoûté par sa voix plus d’un mélomane. Sa réussite sur la scène artistique ne l’a pas empêchée de poursuivre ses études pour décrocher une licence à la Faculté des Lettres de Rabat. Depuis, sa carrière de chanteuse ne cessa d’évoluer. Qui n’a pas fredonné les «Madinate al hachichin» et autre «Ya jarata wadina» ? Au début des années 90, la chanteuse à la voix douce avait quitté le Maroc vers le pays des Pharaons. Comme d’autres chanteuses de sa génération, elle avait préféré faire carrière en Egypte où l’industrie de la chanson a pris un meilleur élan. Avec les albums «Sabri Alik Tal», «Ya Rhayeb», «Ietiraf», l’artiste avait conquis sa place sur la scène arabe en collaborant avec de grands compositeurs, tels Jamal Salama, Mohamed Diae, Hilmi Bakr et Salah Chernoubi. C’est avec son célèbre tube intitulé « Chouq El Ouyoune » que la défunte, qui était atteinte d’un cancer, avait retrouvé ses fans après une opération  chirurgicale dans un hôpital à Paris.
Tout au long de sa carrière, elle a su charmer le public arabe grâce à sa voix et à son talent. Elle avait remporté bon nombre de prix dans différentes manifestations artistiques depuis 1995 au Festival international du Caire de la chanson et de la musique arabe, puis en 1996 au Festival de la chanson tunisienne ainsi qu’une distinction lors du 3e Festival internationale du Caire. En 1999, elle a été nommée ambassadrice de l’UNICEF en reconnaissance de ses nombreuses contributions à caractère artistique, humanitaires et caritatives. Elle avait parlé de l’importance de la culture de la paix, en particulier pour les enfants. C’est ainsi que  « Peace Child Musical–Maroc » avait fait circuler son message de soutien à la culture de la paix dans plus de 120 pays.  Depuis quelques années, la diva de la chanson marocaine séjournait avec sa petite famille aux Emirats Arabes Unis. Pour son retour médiatique, elle avait élu le Maroc, pays où elle est née et qu’elle n’a jamais oublié. Sa dernière apparition était lors de l’émission artistique « Ahl al Maghna » diffusée cet été par la chaîne de télévision 2M. Elle avait été aussi l’invité d’honneur  à l’inauguration du nouveau « Studio 2M ». Devant participer au dernier prime de l’émission « Studio 2M» en juillet, elle avait été contrainte d’annuler sa prestation en raison de la détérioration de son état de santé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *