«Le festin nu» de Mohamed El Baz à la galerie d’art l’Atelier 21

«Le festin nu» de Mohamed El Baz à la galerie d’art l’Atelier 21

Àprès « l’Atelier aux cactus », exposition en 2009, largement inspirée du lieu où a vécu et travaillé le peintre Jilali Gharbaoui, l’artiste contemporain Mohamed El Baz revient cette fois-ci avec une nouvelle exposition « Le festin nu ». C’est à la galerie d’art l’Atelier 21 de Casablanca que cet artiste expose sa nouvelle série du 12 avril au 7 mai 2011. Mohamed El Baz qui mène une carrière internationale depuis quinze ans, poursuit son intérêt pour les artistes en construisant dans « Le festin nu » une sorte d’histoire de l’art fantasmé. Il a rassemblé une communauté d’artistes, qui comptent dans les livres de l’histoire de l’art, en mettant au cœur du projet les relations des artistes avec la maladie ou l’insomnie. Des pilules colorées, gélules ou des peintures photographiques telles sont les composantes des œuvres de Mohamed El Baz. «J’ai voulu dans ce nouveau travail signaler les quelques personnalités de l’art qui m’ont marqués. Je leur ai concocté un traitement médical. J’ai prescrit à chacun de ces artistes une série de pilules colorées, chacun en fonction d’une pathologie fantasmée », souligne cet artiste. «La conjonction des noms de ces artistes avec des gélules, pilules et autres médicaments, génère un malaise et invite à quelques interrogations au cœur du travail de Mohamed El Baz. Qui est le malade ? L’artiste ou bien le monde où il vit ? », lit-on dans une note d’information. Selon la même source « L’art ne serait au bout du compte qu’une drogue, un panacée, pour lutter contre la seule certitude : la mort ? Telles sont quelques-unes des questions au centre de cette importante exposition ». Mohamed El Baz est né en 1967 à Ksiba. Après l’obtention en 1989 du diplôme national d’art plastique à l’École régionale d’art de Dunkerque, il a réussi à avoir en 1992 le diplôme national supérieur d’expression plastique à l’École nationale supérieure de Paris-Cergy. Il a également poursuivi des études à l’Institut des hautes études en arts plastiques à Paris. Depuis 1993, Mohamed El Baz réalise un projet intitulé «Bricoler l’incurable». Toutes les manifestations auxquelles il a pris part sont considérées comme des détails de ce vaste projet. Clé d’un imaginaire ouvert et infini se déclinant à travers des installations complexes et toujours explosives ; autant de composants ou «détails» se retrouvent d’un lieu à un autre et s’adaptent à chaque nouveau concept. Mohamed El Baz est un artiste contemporain marocain parmi les plus créatifs de sa génération. Il a pris part à plusieurs expositions prestigieuses, dont Africa Remix la plus grande manifestation d’art contemporain au monde dédiée au continent africain. Mohamed El Baz est à ce sujet l’unique artiste à être invité aux quatre étapes de cette exposition : au Centre Pompidou à Paris, à Düsseldorf, à Tokyo et à Johannesburg. Il compte de nombreux collectionneurs en Europe et au Moyen-Orient. Six livres ont déjà été publiés sur son art. Mohamed El Baz vit et travaille entre Casablanca et Lille.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *