Le festival «Allons au théâtre» invite à la redécouverte des planches

Le festival «Allons au théâtre» invite à la redécouverte des planches

«En plus d’animer la ville de Casablanca, ce festival a pour ambition de démocratiser le théâtre, de rendre les planches plus accessibles au public créant ainsi une dynamique sociale et culturelle plus favorable à la création et à la créativité». C’est dans ces propos que Hekmat El Hadri, directrice générale du festival «Allons au théâtre», a commenté les objectifs de cet événement.
Dix jours durant, le public casablancais aura l’occasion de se réconcilier avec les planches. Et pour satisfaire tous les goûts et toutes les tendances, le menu de cette édition se veut riche et varié, incluant onze pièces dédiées aux adultes et trois autres pour le bonheur du jeune public.
Qu’elles soient interprétées en langue arabe ou en celle de Molière, les œuvres qui sont au programme de ce festival s’inscrivent dans différents genres. Il s’agit, entre autres, du genre populaire, moderne burlesque ou encore vivant. Novices ou vrais connaisseurs, vous aurez l’occasion de déguster les faits et actes de pièces particulièrement intéressantes. Citons, notamment, «D’Hommages !», qui est la dernière née de la troupe «Dabateatr», mise en scène par Jaoud Essounani. Sera également jouée la pièce «Violenscène», mise en scène par Abdelmajid El Haouasse et réalisée à partir des témoignages de mères célibataires recueillis par Amal Ayouch. Notons que cette pièce est un hommage rendu à l’occasion de la journée mondiale de la femme.  Sur le programme, aussi, «Histoire d’amour en 12 chansons…» de Faouzi Bensaïdi. Cette œuvre, qui est une production de la fondation, a déjà séduit de nombreux spectateurs marocains. Interprétée par dix comédiens des deux sexes, cette pièce met en question l’état du monde dans toute sa complexité.
Pour les bambins, le menu ne manque pas non plus d’être alléchant. Les jeunes pousses pourront se régaler de l’histoire de «Nouâamane et la pêche géante» jouée par la troupe d’«El Fanous». Inspirée du conte «James et la grosse géante» de l’auteur britannique Road Dahal considéré par les critiques comme étant l’un des meilleurs écrivain pour enfant, cette pièce renoue les liens des enfants avec l’art de la marionnette.
Et ce n’est pas les œuvres inspirées qui manquent, en ce sens que les organisateurs réservent au public des adaptations de Molière, de Brecht, de Mattéi Visniéc et d’Eugène Labiche. En effet, puisque parmi les œuvres prévues figure la pièce «Kif Touier Tare», une adaptation du «Bourgeois Gentilhomme» de Molière, mise en scène par Hassan Hammouche et coproduite par la FAV et la troupe de théâtre Marrakech.
Au total, 14 représentations seront données au théâtre du complexe culturel d’Anfa, au théâtre Touria Sekkat, au théâtre Mohammed VI et à la Prison civile de Oukacha. Outre les représentations, la Fondation prévoit des ateliers d’écriture dramatique animés par l’écrivain et journaliste Driss Ksikes, des rencontres avec la troupe Dabateatr et deux autres ateliers sur les «jeux de comédiens et mise en scène» et «l’initiation à la vidéo interactive».
La Fondation des arts vivants ambitionne de réhabiliter l’art théâtral au sein de la société et de populariser sa pratique. Elle contribue aussi à promouvoir une création exigeante, belle et plaisante et à faire partager les expériences d’ici et d’ailleurs. Son ambition est de relier le théâtre aux arts vivants, entre autres, la danse et musique, et ce, pour inscrire le théâtre dans une nouvelle dynamique et jeter des ponts entre les arts.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *