Le FIFM rend hommage à Mohamed Khouyi

Le FIFM rend hommage à Mohamed Khouyi

« C’est comme si l’on me rendait hommage pour une deuxième fois », déclare, non sans émotion, Mohamed Bastaoui en rendant un hommage grandiose à son ami de parcours Mohamed Khouyi lors du Festival international du film de Marrakech (FIFM). Cet acteur qui ne déçoit ni sur le grand ni le petit écran, encore moins sur une planche de théâtre, est le moins qu’on puisse le dire l’une des figures les plus talentueuses de la scène artistique nationale.

Mohamed Khouyi, c’est trente ans de carrière, de travail acharné, d’engagement prononcé et de talent à revendre. Mis à part plusieurs reconnaissances internationales, Khouyi s’est vu décerner en 2007 le prix du meilleur acteur au Festival national du film de Tanger pour son interprétation dans «Les Jardins de Samira», de Latif Lahlou.  Son rôle dans «Androman» d’Azelarab Alaoui lui a également valu en 2012  le prix de la meilleure interprétation masculine.

« Quand j’ai connu cet homme dans  les années 80, j’ai tout de suite compris qu’il a beaucoup à donner à l’art au Maroc. Talentueux mais aussi humain, c’est le frère et le parrain de tous les artistes marocains et son hommage ne peut qu’être un hommage à nous tous », c’est en ces termes que la présentation de Mohamed Khouyi s’est faite par Bastaoui qui, il y a deux ans de cela, s’est vu décerna un même hommage sur une même estrade.  

Bastaoui n’est pas le seul à se sentir concerné par cet hommage, Said Naciri dont le film « Sara » a été sélectionné dans la catégorie coup de cœur au FIFM a, lui aussi, considéré ceci comme étant une «reconnaissance à l’adresse de tous les artistes marocains ». Un point sur lequel semblent s’accorder toutes les figures du septième art national.

Comme il était hors de question de rendre hommage à  un quelconque artiste sans remémorer deux symboles du cinéma marocain nous ayant quittés au cours de cette année, Feux Hamidou et Mohamed Majd, la cérémonie a été ouverte sur leur image avant de remettre l’étoile d’Or, symbole du festival, à Khouyi auquel un tollé d’applaudissements a été consacré.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *