Le géant d’Erfoud

Le géant d’Erfoud

Au milieu du désert marocain, une ville surgit soudain. Le voyageur pense à un mirage ! Il a beau se rapprocher de la cité, elle ne s’évapore pas. Bien au contraire, elle lui révèle des détails. Ses tours ne vacillent pas. Ses murs ne tremblent pas. Les creux opérés dans les murs pour l’évacuation de l’eau deviennent nets à mesure que le voyageur se rapproche. Il se frotte les yeux pour faire disparaître l’apparition, mais ne réussit pas. Il s’avance d’un pas décidé, et se retrouve tout près des tours qui le dominent de plusieurs mètres. Il en appelle au toucher pour se persuader qu’il ne rêve pas ! Ses mains lui communiquent une sensation rugueuse. Il se résout enfin à accepter qu’il est en présence de constructions qui ne sont pas le fruit de son imagination ou d’une insolation. Il entre dans la ville où il constate que les bâtiments sont conservés dans un état impeccable. Le voyageur se met à courir dans tous les sens, à crier sans que personne ne lui réponde. Il n’y a pas âme qui vive ! Il est sûr alors d’être le premier témoin de la réapparition d’une cité mythique, enfouie dans le désert pendant des siècles. Il court annoncer la bonne nouvelle à Erfoud où il est stupéfait de constater que personne ne s’enthousiasme pour sa découverte. «C’est la ville de l’Allemand Voth», lui répond un maçon. Cet ouvrier sait de quoi il parle, parce qu’il a pris part à la construction de la « Cité d’Orion ». Son concepteur, Hannsjörg Voth, est l’un des artistes contemporains les plus célèbres dans le monde, et particulièrement dans la forme d’art dite “land art”. Cette expression désigne des interventions, souvent gigantesques, d’artistes contemporains dans des paysages naturels. Les oeuvres participant du “land art” ne peuvent ni se commercialiser, ni se transporter vers d’autres endroits. Il existe deux façons seulement d’en prendre connaissance: la diffusion par la photographie ou la visite du lieu pour lequel elles ont été conçues. Au demeurant, la « Cité d’Orion », réalisée en 2003, n’est pas l’unique oeuvre que Voth a réalisée dans le sud-est marocain. Il en existe deux autres. « L’escalier céleste » date de 1987. Haut de 16 mètres, il constitue l’un des ouvrages les plus représentatifs de l’artiste allemand. Cette oeuvre exprime l’inclination de l’Allemand pour la chose ancienne. La vision de cet escalier renvoie immédiatement le spectateur à l’Histoire. Pas n’importe quelle histoire, mais celle où les hommes n’étaient pas clairement distingués des dieux, où ils pouvaient toucher dieu, où ils s’érigeaient en dieux. L’escalier céleste est une espèce de pendant de la tour de Babel. On n’y parle pas toutes les langues, mais il permet une ascension. Cette oeuvre ne peut s’appréhender indépendamment du soleil. Les escaliers dessinent des scies lorsqu’ils sont éclairés à certains moments de la journée. D’ailleurs, il arrive que des bergers se reposent à l’ombre de l’escalier céleste. La troisième oeuvre de Voth s’intitule « la spirale en or ». Il s’agit d’un mur sous forme de spirale qui mesure 60 x 97 mètres. Il s’appréhende en une seule fois seulement par une vue aérienne. « La spirale en or » ressemble à quelques vestiges des civilisations anciennes friandes des géométries strictes. Elle rappelle les tracées laissées sur des vestiges précolombiens. « Il est impossible de regarder les oeuvres de Hannsjörg Voth sans penser qu’une autre civilisation est passée par là », nous précise l’écrivain et critique d’art espagnol Emmanuel Borja qui vit à Rabat. Il ajoute que la facination de l’architecture sur Voth tient au métier de son père. « Je pense que Hannsjörg Voth est à la fois nourri par la nostalgie de son père qui était architecte, et celle des origines de l’art qui sont consubstantielles à l’acte de bâtir », dit-il. Pour construire ses oeuvres près d’Erfoud, Voth fait appel à la main d’oeuvre de la région et aux techniques de construction locale. Pas de grue, ni de bulldozers, mais des hommes qui répètent un geste millénaire, consistant à mettre une pierre au-dessus de l’autre pour élever un bâtiment. « La cité d’Orion », « L’escalier céleste » et « la spirale en or » ont été financés, selon Emmanuel Borja, grâce à la vente des esquisses et dessins de l’artiste. Ils sont bien connus des habitants d’Erfoud, mais inconnus de la plupart des Marocains. L’artiste ne tiendrait pas d’ailleurs à ce qu’ils soient repérés par des touristes. Mais est-ce une raison suffisante pour qu’un artiste célébré dans le monde entier, et dont les oeuvres construites au Maroc ornent des catalogues lourds de plusieurs kilos, ne suscite pas d’intérêt chez nous ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *