Le Goncourt du Centenaire à Jacques-Pierre Amette

Le jury du Goncourt présidé par Edmonde Charles-Roux a en effet pris de l’avance sur la saison des prix littéraires. Manière de réaffirmer que ce prix est le plus prestigieux et histoire de marquer le coup pour le centenaire du prix fondé en 1903 par Edmond de Goncourt, les jurés ne voulant pas que leur lauréat risque de décrocher auparavant un autre prix… Ce prix du Centenaire a en effet été décidé par surprise, avant la date prévue, traditionnellement le premier lundi de novembre. C’est donc mardi que les jurés se sont retrouvés, au restaurant Drouant comme à leur habitude, mais pour voter, alors qu’on s’attendait seulement à ce qu’ils rendent publique leur liste des derniers sélectionnés. Chez l’éditeur, tout en soulignant qu’on y « nourrissait de grands espoirs » dans ce livre, on se disait « étonné » de l’attribution surprise. « Nous pensions qu’ils allaient publier la short-list aujourd’hui, mais pas délibérer », précisait-on au service de presse. L’auteur, lui-même, était le premier surpris, joint par téléphone par RTL: « C’est d’abord mon journal, ‘Le Point’ (…), qui a reçu la dépêche sur son écran, c’est ma documentaliste qui m’a dit ça. J’ai blagué, j’ai dit: ‘écoute, arrête de déconner. Je pense qu’il y a toujours des gens qui s’amusent à faire des blagues, ça doit en être une' ». « J’ai raccroché et j’ai attendu que mon éditeur m’appelle, ce qu’il a fait un quart d’heure plus tard », a ajouté Jacques-Pierre Amette. « Les jurés Goncourt ont toujours manifesté une espèce d’indépendance d’esprit et ils aiment surprendre (…) Je pensais à ceux que j’aime qui l’ont pas, eux, comme Céline. On pense à des choses comme ça quand on écrit des critiques littéraires. Tout le monde tombe des nues, c’est marrant », a-t-il ajouté.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *