Le Liban domine la musique arabe

« L’an passé, nous avons atteint le pic des 4,8 millions de téléspectateurs. Cette fois, nous visons le chiffre de 6 millions », a indiqué à l’AFP Bilal Labban, le coordinateur de « Superstar », dont la diffusion a démarré dimanche. « Nous sommes des fans de Star Academy et maintenant nous allons pouvoir suivre également Superstar 2 », affirme Karim Hamdane, un étudiant libanais de 24 ans. Pas moins de 83 vedettes en herbe, venues de 15 pays arabes, ont été sélectionnées parmi 40.000 candidats.
Trente-deux filles et 51 garçons, parmi lesquels des Libanais, des Syriens, des Egyptiens, des Palestiniens, des Irakiens, des Jordaniens, des Koweïtiens, des Emiratis, des Bahreïnis, des Omanais, des Saoudiens, des Marocains, des Tunisiens, des Algériens et même des Libyens. L’émission s’effectuera en trois étapes. Le mois de mars sera consacré à la diffusion des auditions de sélections qui ont eu lieu dans six pays arabes et en France. « Nous avons inclus la France pour donner aux jeunes de la communauté arabe établie dans ce pays l’occasion de concourir. Nous tenons également par souci de transparence à montrer au public les critères de sélection », a ajouté M. Labban. Début avril, les sélectionnés seront au Liban pour des concours à l’issue desquels 14 d’entre eux seront retenus. C’est en été que le gagnant ou la gagnante sera choisi.
Dans « Superstar », les téléspectateurs sont les seuls à voter par courrier électronique ou par SMS. Dans « Star Academy », un jury composé de professionnels du spectacle et les concurrents ont également leur mot à dire. Lors de l’édition 2003 de « Superstar », la finale avait déchaîné les passions dans plus d’un pays arabe. Des dizaines de milliers de Jordaniens étaient descendus dans les rues pour célébrer la victoire de leur concitoyenne, Diana Karazon.
Des tirs de joie avaient même retenti et la lauréate avait été félicitée par la famille royale. L’élimination en demi-finale du candidat libanais Melhem Zein avait suscité la colère de ses admirateurs libanais qui avaient pris d’assaut les studios de Future TV, propriété du Premier ministre libanais, Rafic Hariri, pour dénoncer les résultats d’un vote, selon eux « truqué ».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *