Le Maboul, ou la prémonition de Fouad Laroui

Fouâd Laroui nous revient cette année avec un recueil de nouvelles «Le maboul». Sa technique d’écriture est toujours aussi maîtrisée, son humour décapant. Mais là où le bât blesse, c’est quand il prête aux Marocains des pensées qui ne sont pas forcément les leurs. Nous avons alors envie de lui dire de revenir faire un tour au pays renouveler son inspiration. Quand il fait dire à un de ses personnages dans l’une de ses nouvelles que «les Afghans sont des ânes» et qu’il répond à un journaliste qu’il suffit de lire la première phrase de sa nouvelle «des ânes et des Afghans» et de remplacer «Afghans» par «Taliban» (cela donnerait «Les Taliban sont des ânes») et qu’il poursuit «Cela serait effectivement très actuel de dire ça», permettons-nous de douter de ses affirmations. Car qu’en pensent réellement les Marocains ? Il semblerait que pour la majorité d’entre eux, les Talibans seraient plutôt ceux qui sont arrivés à ébranler la plus grande puissance mondiale. Même si ce n’est pas politiquement correct de le dire. Alors prémonition surannée ou art d’écrire « le bien pensant» ? Voici, d’ailleurs, un extrait de cette nouvelle : «Les Afghans sont des ânes, affirma Lasry. Notre ami le peintre venait tout juste de s’asseoir et de déplier Le Matin du Sahara. Il faisait trop chaud pour défendre les Afghans. Et puis, ces gens-là habitent si loin… C’est pourquoi nous ne répondîmes rien, tout en espérant que Lasry allait démontrer sa proposition. Nous avions soif de certitudes et celle-là ne semblait pas moins inutile qu’une autre. À un journaliste qui lui pose la question «La nouvelle aura-t-elle une suite ?», Fouâd Laroui répond : Cette nouvelle illustrait l’idée qu’on ne peut même pas commencer à discuter lorsqu’il s’agit d’un thème trop sensible, comme celui de la religion. La discussion reste «en de ça». Par définition, elle ne peut avoir de suite. Votre question fait allusion à l’actualité… Relisez la première phrase de la nouvelle (citée plus haut) et remplacez «Afghans» par «Taliban». Cela donnerait «Les Taliban sont des ânes». C’est effectivement très actuel.»

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *