Le mal du dos et ses différentes formes

La colonne vertébrale est composée de pièces osseuses disposées l’une sur l’autre de la tête jusqu’au coccyx.
Les vertèbres sont reliées entre elles par les disques intervertébraux qui jouent le rôle d’amortisseurs. Le disque intervertébral est composé de lamelles fibreuses circulaires entourant un petit noyau gélatineux (le nucléus) résistant à la pression. Il est fixé au corps des vertèbres grâce à une plaque cartilagineuse.
Le disque est un élément fondamental de la stabilité vertébrale. Déformable, il permet la mobilité du rachis.
À la face postérieure de la colonne vertébrale se trouve un gros ligament, le ligament vertébral commun postérieur, qui est très solide, supporte la pression exercée sur la colonne vertébrale et richement innervé.
Le lumbago aigu qui est une douleur vive et brutale de la région lombaire survient à la flexion antérieure du tronc souvent à l’effort, en soulevant une charge. Cette douleur va « clouer » le patient sur place. Et la mobilisation de la colonne s’en trouve très limitée. Le lumbago s’accompagne d’une impotence fonctionnelle majeure. Ainsi, le patient ne peut pas bouger. La douleur est parfois extrêmement intense, exagérée au moindre effort (toux, éternuement, défécation) et n’est soulagée que par le repos en position couchée. Le lumbago s’explique par une irritation de ce ligament postérieur par le nucléus qui peut venir à son contact par suite d’une atteinte du disque intervertébral.
La douleur causée par le déplacement de ce noyau est due aux phénomènes inflammatoires irritatifs qui en résultent.
À ce stade, un traitement médical réfléchi et adapté au cas du patient (si ce dernier présente une affection par ailleurs) sera prescrit par le médecin traitant et apportera ainsi au malade le soulagement nécessaire.
À un stade plus avancé et quand la hernie discale est volumineuse, elle peut venir irriter une racine nerveuse. Ce mécanisme est à l’origine de la sciatique. Les lombalgies chroniques se traduisent par des douleurs lombaires chroniques parfois évoluant de 3 à 6 mois ou entrecoupées d’épisodes aigus. Elles surviennent généralement après la cinquantaine.
Ce sont des douleurs lombaires basses qui s’étendrent jusqu‘aux fesses et cuisses sans topographie précise, qui évoque une atteinte sciatique.
La colonne lombaire est douloureuse à la palpation et à la surélévation des membres.
Le mécanisme d’apparition de ces troubles diffère par rapport au lumbago et à la sciatique. L’approche diagnostique diffère également, ainsi que le bilan radiologique et biologique à faire et là encore, le raisonnement médical et le suivi médical régulier peuvent vous amener le confort attendu.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *