Le Maroc à l’heure des médiathèques

Le Maroc à l’heure des médiathèques

Fini le temps des bibliothèques traditionnelles. Place à des espaces de lecture accueillants et branchés. C’est ce qui ressort d’un ambitieux plan dit « Programme d’appui à la lecture publique», élaboré par le ministère de la Culture et le Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’ambassade de France au Maroc. Annoncé en 2003, ce programme vient d’être traduit en actes après l’inauguration, lundi dernier à Béni-Mellal, de la médiathèque Abdelaziz Al Fachtali. Construite sur une superficie de 494m2, cette médiathèque englobe un fonds documentaire imprimé de 10.000 titres et un millier de supports audiovisuels (CD, DVD et CD-roms). Ce fonds a été réuni de manière à répondre aux besoins de toutes les catégories d’âges : 1/3 des livres pour enfants, 1/3 pour la jeunesse, et 1/3 pour les adultes. Il en sera de même pour les autres  médiathèques en construction à travers différentes villes du Royaume. Après Béni-Mellal, ce sera au tour d’El Jadida, Fès, Khouribga, Larache, Meknès, Ouarzazate, Oujda, Taza, Tiznit et Sala Al Jadida de se doter, chacune, d’une médiathèque. Espaces de lecture par excellence, ces médiathèques, équipées en supports électroniques, offrent également un cadre et des programmes d’animation s’étalant sur toute l’année. Au-delà de leur vocation de mise à disposition et de prêt de documents, ces médiathèques offrent des espaces de vie culturels qui invitent aux plaisirs de la découverte et de la connaissance. Des animations, des rencontres, des récitals, des expositions, des débats et des ateliers seront au rendez-vous. Un personnel formé aux techniques de la lecture et de l’animation est recruté pour répondre aux besoins du public. S’agissant du financement de ce projet, les engagements pris par la partie marocaine (ministère de la Culture et collectivités locales) se traduisent par un budget de 84.150.000 DH et portent, entre autres charges, sur la construction ou le réaménagement des locaux accueillant les médiathèques. Pour leur part, les engagements de la partie française sont estimés à 33.500.000 DH et portent, notamment, sur la mise en réseau et l’animation du réseau de lecture publique, la formation du personnel et l’équipement mobilier, informatique et audiovisuel des médiathèques. Ce projet est inspiré d’un manifeste de l’Unesco visant à «donner à tous libre accès aux trésors de la pensée et de l’imagination de l’Homme».
La modernisation des bibliothèques permettra-t-elle aux Marocains de reprendre goût à la lecture ? Le livre et, par conséquent, les auteurs, pourront-ils, finalement, trouver preneur ? «Le temps est un galant homme», disait Beaumarchais.
 
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *