Le Maroc en bonne place à Quai Branly

Le Maroc en bonne place à Quai Branly

Des collections marocaines existent au sein du musée du Quai Branly. Ce bâtiment dédié aux “arts premiers“ a été inauguré en grande pompe par le président français Jacques Chirac le 20 juin dernier à Paris. Après tout, la construction de ce musée est un rêve qui s’est réalisé pour le président de la République française. L’idée de ce musée est née, il y a dix ans. Jacques Chirac, alors maire de Paris, avait rencontré le marchand d’art Jean Kerchache passionné comme lui d’arts lointains. Une fois élu à l’Elysée en 1995, le chef d’Etat lance le projet d’un musée des arts et des civilisations et d’un département des arts premiers au musée du Louvre.
Pour mener à bien ce projet, l’initiateur de ce musée va faire face à plusieurs obstacles. En premier lieu il y avait la difficulté à trouver le site adéquat pour abriter ce musée et plus grave : la réticence des défenseurs du musée de l’Homme d’où proviennent la majorité des collections. Mais Jacques Chirac s’attache à son projet.
Avec un budget de 233 millions d’euros, le musée sera construit au bord de la seine, au Quai Branly, sur une superficie de 40.000m2. Cet ensemble de bâtiments édifié par l’architecte Jean Nouvel, qui on se rappelle, s’occupe du chantier de Tanger Med. Au sein de ce musée, sont répertoriés près de 300.000 œuvres qui seront présentées à tour de rôle. Par ailleurs seront exposés en permanence 3500 objets, accompagnés de présentations thématiques. La plupart des œuvres d’art exposées proviennent du musée national des arts d’Afrique et d’Océanie et du musée de l’Homme. Certaines collections sont des acquisitions, d’autres des dons ou tout simplement des emprunts.
Les visiteurs peuvent donc observer certaines pièces venant d’Afrique, tels les sculptures dogon, les masques D’memba venus d’Afrique, des peaux de bisons d’Amérique Latine.
La collection permanente est organisée, selon quatre aires géographiques : Afrique, Océanie, Amérique, Asie. Autre curiosité, le musée est doté du plus grand mur végétal du monde où 15 000 plantes et fougères ont poussé sur un support vertical dépourvu de sol.
Dans l’aire Afrique, une collection marocaine est également exposée.
Il s’agit de 5650 pièces dont 2285 proviennent du Musée national des arts d’Afrique (MAAO) et d’Océanie et 3314 du musée de l’Homme. Sur l’ensemble de ces objets, 61 seront exposés dans le cadre de la présentation permanente du musée.
Deux fragments de la mosquée Koutoubia, un fragment de minbar de la mosquée Karawiyin de Fès et un vase de Sidi Kacem datant du 14ème siècle.
En outre, l’iconothèque du musée du Quai Branly comporte 7089 documents consacrés au Maroc.


 Descriptif de la collection marocaine


-Vitrine consacrée aux armes comprenant un fusil de l’Anti-Atlas, quatre poires à poudre du Rif et du Haut-Atlas et des poignards de la vallée du Sous
-Vitrine consacrée aux poteries : une jarre et une gargoulette du Rif
-Une vitrine présentant sept bijoux ruraux : un diadème, des boucles d’oreilles, fibules et bracelets du Djebel Siroua
-Deux vitrines présentant des vêtements ruraux : une cape badira du Haut Atlas et une cape de berger « Akhnif » du djebel Siroua
-Boîte n°13 : six tapis ruraux du Moyens Atlas, Haut Atlas et Anti-Atlas
-Boîte n°14 : espace d’exposition consacré au thème : Ecriture, religions et croyances, présentant des objets d’art islamique, quatre tablettes coraniques.
Boîte n°15 : espace d’exposition consacré à l’art citadin : il s’agit d’une petite vitrine exposant sept bijoux des 16ème, 17ème et 18ème siècles : colliers, boucles et bracelets de Rabat, Fès et Tétouan. Elle présente également une grande porte du 17ème siècle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *