Le Maroc vu par Albert Watson

Le Maroc vu par Albert Watson

Le Maroc, ou plutôt, ce qu’un célèbre photographe voyait à travers son objectif, est à l’honneur à Milan. Il s’agit d’une exposition de photographies signées par le célèbre Albert Watson, l’amoureux du Maroc, et dont le vernissage a connu la participation de plusieurs personnalités du monde des affaires, de la culture, du spectacle, des médias et de l’art au Maroc et en Italie. Organisée sous le haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, l‘exposition, qui dure jusqu’au 10 octobre, a été inaugurée à la Rotonda della Besana, un site architectural historique de la ville de Milan, par SAR Lalla Hasna. Les oeuvres du photographe américain consacrées au Maroc et faisant partie de cette exposition, ont pour cadre la vie quotidienne des Marocains et témoignent de leur chaleur humaine. La lumière est captée et mise en valeur ainsi que les différents paysages naturels et historiques. Le Maroc est ainsi présenté comme étant ce pays à la lourde tradition millénaire, un pays d’une histoire et d’une civilisation millénaires qui, tout en préservant son identité culturelle, propose un projet de société inspiré des valeurs universelles d’ouverture, de tolérance, de progrès, de démocratie et de liberté. Albert Watson n’a d’ailleurs pas manqué de mettre en valeur cette singularité marocaine, à l’occasion notamment de la conférence de presse tenue lundi matin à Milan.
L’exposition milanaise est donc une manière pour Albert Watson de montrer son amour et sa passion pour notre pays. Une passion qui a été cultivée au fil des ans, et surtout au fil des voyages et visites au Royaume et qu’un livre intitulé tout «Maroc» contient. Né en 1942 à Edinburgh en Ecosse, Albert Watson, d’abord attiré par une carrière de mannequinat, a vite viré vers les objectifs et pellicules. A 20 ans, il commence des études en design graphique avant de s’installer à New York dès 1976. Là, il a fait une entrée fracassante dans le monde de la photo grâce à un livre, devenu un classique du genre : « Cyclops ». Il y a immortalisé dans des positions insolites des artistes aussi célèbres que Cyndy Sherman, Jef Koons, Sade, Eric Clapton, Diana Ross, Louise Bourgeois ou Jack Nicholson. Son génie lui a valu de nombreux prix, dont le Grammy Award en 1975 pour le meilleur design d’une « LP Cover » ou Level Plane Cover (terme désignant une pochette de CD) et un Andy Award, en 1983, comme le meilleur photographe de publicité de l’année. Outre ses 250 couvertures pour le magazine «Condé Nast», Watson a signé les campagnes publicitaires des plus grandes marques de vêtements et de cosmétiques, telles Gap, Estée Lauder, Emporio Armani, Levi’s, Revlon, Chanel, L’Oréal.
Invité au Maroc, il collabore intimement avec le cinéaste Abdou Achouba, afin d’organiser une gigantesque campagne médiatique visant à embellir l’image du Maroc dans le marché de la première puissance mondiale. Albert Watson réalise un livre de photographies sur le Maroc, entre septembre 1997 et mai 1998. L’ouvrage n’est pas passé inaperçu, puisqu’il va amener le Groupe Levi’s à sponsoriser la campagne de promotion du Maroc aux USA. Fasciné par la variété des paysages marocains, Albert Watson loue finalement une deuxième résidence dans notre beau pays. Grâce à son talent, Watson a capitalisé son expérience à travers une gamme étonnante de techniques graphiques et un usage inventif du support photographique. Ainsi, il a conçu, dans ses multiples travaux, des photos conjuguant harmonieusement le clair-obscur.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *