Le mois du film documentaire se poursuit à Agadir

Le mois du film documentaire  se poursuit à Agadir

Le mois du film documentaire est à inscrire sur l’agenda culturel des Gadiris. Organisée par l’Institut français d’Agadir, dans le cadre de la saison culturelle France/Maroc, cette nouvelle édition a choisi pour thèmes : «L’exil, les identités et le rapport à la terre». Ainsi, quatre films documentaires sont au programme depuis le 31 octobre et jusqu’au 29 novembre. A travers le regard de quatre réalisateurs, le public a l’occasion de se pencher sur des questions d’actualité où se dessinent des expériences humaines marquées par  l’exil. Ceci étant, les projections sont précédées par des courts-métrages documentaires réalisés par des étudiants de l’Ecole supérieure des arts visuels de Marrakech. Ainsi, le mois du film documentaire a ouvert le bal avec une première projection du film documentaire «Les Arrivants» de Claudine Bories et Patrice Chagnard. En se focalisant sur le Centre d’accueil des familles demandeuses d’asile (CAFDA), «Les Arrivants» se penche sur la complexité des mouvements de populations contemporaines. La France, qui est la terre d’asile, est loin d’être, à tous les coups, l’Eldorado tant rêvé pour ces populations et pourtant certaines associations comme le Cafda apportent leur contribution pour aider ces immigrés à avoir une réponse favorable de la préfecture. Le deuxième film documentaire au programme est «Pour une nouvelle Séville» de Kathy Wazana. Ce long film documentaire relate l’histoire d’un exode contemporain et de l’impact qu’il a eu sur ceux qui sont partis, ceux qui sont restés et la terre ancestrale qu’ils ont abandonnée. En effet, «Pour une nouvelle Séville» est à la fois une enquête historique et un film d’essai portant sur l’identité du juif-arabe.
«J’ai proposé à des enfants apprenant à vivre en exil en France de faire un film avec eux : un court métrage de fiction, dont le processus de fabrication deviendrait la matière d’un film documentaire. Ils ont entre 8 et 12 ans. Ils vivent tous dans un Cafda à Melun. Ils ont quitté un pays en guerre ou une situation de répression», souligne la réalisatrice du film documentaire «Invente-moi un pays» programmé dans le cadre du mois du film documentaire. Le quatrième film documentaire au programme de cette édition a suscité des débats et raflé plusieurs prix. Il s’agit de «Tinghir, Jérusalem, les échos du Mellah» de son réalisateur Kamal Hachkar dont la projection sera suivie d’un débat auquel participera le réalisateur.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *