Le Pianiste triomphe aux Césars

Une émouvante ambiance régnait samedi soir au Théâtre du Châtelet à Paris. Le monde du septième art français avait les larmes aux yeux au lever de rideau de la 28ème cérémonie des Césars, les « Oscars » tricolores. Un seul nom sur toutes les lèvres : Daniel Toscan du Plantier.
La cérémonie s’est en effet ouverte sur un hommage au producteur, directeur du Festival international du film de Marrakech, décédé le 11 février à Berlin. Il a succombé à une crise cardiaque alors qu’il avait 61 ans. L’actrice Isabelle Huppert, qui fut la compagne du producteur, a évoqué la mémoire de celui qui fut le producteur de Fellini, Losey et Pialat.
Aucune fausse note pour Le Pianiste, sacré meilleur film. Des 19 Césars mis en compétition, le film, dont l’histoire se passe pendant le seconde guerre mondiale, a récolté sept « compilations » à la plus grande joie de son réalisateur Roman Polanski. Ce dernier, élu meilleur réalisateur par les 3200 membres de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma, était aux nues. Très ému, il a remercié le jury pour avoir apprécié « une oeuvre très personnelle » qui retrace l’itinéraire de ces juifs polonais, victimes de l’Holocauste. Le pianiste, l’Américain Adrien Brody a été sacré meilleur acteur. Le film a également récolté les césars des meilleurs son, musique, décor et photo.
Des César d’honneur ont par ailleurs été remis à la comédienne américaine Meryl Streep, son compatriote le réalisateur Spike Lee et l’actrice Bernadette Laffont. Couac cependant pour le film de François Ozon « 8 femmes ». De ses douze nominations, il n’a récolté que deux Césars. Deux de ses actrices, Fanny Ardent et Isabelle Huppert, en lice toutes les deux pour le César de la meilleure actrice, sont rentrées bredouilles. Le César est allé à Isabelle Carré dans « Se souvenir des belles choses » de Zabou Breitman.
Le César du meilleur film de l’Union Européenne, nouveauté de cette 28ème édition, a été décerné au film espagnol « Parle avec elle » de Pedro Almodovar. Celui du meilleur film étranger est revenu au documentaire américain « Bowling For Columbine » de Michael Moore. Ce dernier a remercié la France dans sa position contre une éventuelle guerre en Irak.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *