Le plein de nouveautés d’Adil Aba Tourab

Le plein de nouveautés  d’Adil Aba Tourab

Le comédien Adil Aba Tourab prend part à la nouvelle pièce de théâtre intitulée «Moulat El Hit» (La propriétaire du mur). Outre cet artiste, les comédiennes Meryem Zaimi et Saâdia Ladib s’affichent dans cette création dont le texte est, selon ses dires, conçu et mis en scène par Mohamed El Horr. «Cette autoproduction sera présentée le 26 mars à Casablanca», annonce Adil Aba Tourab. Pour l’heure, la troupe à la recherche de sponsoring n’a pas encore programmé de tournée pour ce show.

Par l’occasion, l’artiste précise qu’il en aura une autre organisée par le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration. Ainsi, il se rendra en France, en Belgique, Allemagne et en Tunisie, ainsi qu’au Koweït, Bahreïn et aux Emirats Arabes Unis, pour présenter la pièce de théâtre «Maqamat Badiî Ezzamane El Hamadani» (Séances de Badiî Ezzamane El Hamadani).

De surcroît, le comédien se produit dans le long-métrage «Domouâ arrimal» (Les larmes des sables) du réalisateur Aziz Salmy. La sortie étant, selon Adil Aba Tourab, prévue soit en mars, soit en avril. «C’est le premier film marocain qui parle du Sahara et du Polisario», révèle l’acteur.
A propos de sa participation dans des œuvres télévisées ramadanesques, l’artiste, qui prend part à la série «Momo Inya» (La prunelle de mes yeux), dit avoir reçu des propositions. Pour l’heure, il se penche sur la lecture de trois scénarios dont il sélectionnera celui d’une série qu’il dit avoir apprécié sans en dévoiler les détails puisqu’il n’a pas encore signé de contrat avec la société de production concernée. S’agissant du choix d’une seule œuvre, l’acteur, qui prépare également un master en muséologie, indique : «Je ne peux pas sécher énormément de cours pour préparer plusieurs œuvres à la fois».

Quoi qu’il en soit, Adil Aba Tourab s’affichera, comme il le précise, sur le petit écran au mois sacré prochain. Cependant, le temps semble presser puisque Ramadan aura cette année lieu en mi-mai. L’artiste, lui, paraît rassuré. «Les décors sont en préparation. Les tournages devront commencer en février», poursuit-il. En fin de compte, les chaînes télévisées tranchent, comme il le rappelle, en termes de diffusion en Ramadan ou en dehors de cette période. Cette deuxième option est, aux yeux de l’artiste, de nature à insuffler une dynamique dans le marché de l’emploi du domaine artistique. La diffusion en dehors du mois sacré permettra également, selon l’acteur, «d’encourager le produit marocain au lieu d’émettre une œuvre étrangère d’un grand nombre d’épisodes».

Quant à la spécialité du master qu’il prépare à la Faculté Mohammed V des lettres et des sciences humaines à Rabat, l’artiste révèle apprécier la muséologie et avoir des idées dans ce sens. C’est le cas de l’animation des musées par le théâtre. «Il fait bon développer ses connaissances intellectuelles», enchaîne l’artiste, qui sera toujours acteur, à propos de ses études supérieures.
Interrogé également sur le domaine culturel, il estime qu’il «faut y porter plus d’intérêt outre celui de l’éducation». Pour lui, la culture est tributaire de l’éducation et vice versa. A bon entendeur…

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *