Le Prix national de la presse décerné

Le Prix national de la presse décerné

Les noms des lauréats de la quatrième édition du Grand prix national de la presse ont été révélés mardi 14 novembre à Rabat. Lors d’une cérémonie à laquelle a participé le ministre de la Communication Nabil Benabdallah, les lauréats de ce prix sont montés un à un sur le podium pour recevoir leurs récompenses. Le jury de cette édition présidé par Abderafii El Jouhari a examiné 137 dossiers de candidatures dont 67 provenaient de la presse écrite et électronique, 12 de la radio et télévision, 24 de l’agence de presse et 14 de la photographie.
Le prix de la télévision a été, décerné à Salma Mhawed, journaliste à 2M pour son documentaire  sur "L’enfance  volée". Le même reportage lui a valu le prix de l’enquête attribué par le Centre de formation de journalistes (CFJ) à Paris.
Le prix de la radio a été quant à lui  décerné en ex aequo à Naïma  Bouaallag et Farida Rahmouni pour leur reportage en langue arabe sur "les prix  de la consommation". Le jury a aussi remis une attestation de mérite à Brahim Baouch et  Majdouline Taouil pour leur reportage en langue amazigh, intitulé "Ithran  imazzan" (les petites étoiles). Quant au prix de la presse écrite et électronique, il est revenu à Fayçal  Faqihi, journaliste au quotidien "L’Economiste" pour un reportage consacré à  l’Oriental.
Concernant le prix de l’Agence, il est revenu à Fatima Rafouk,  journaliste à l’agence Maghreb Arabe Presse pour son article intitulé "Des  faucons pour la sécurité aérienne, une expérience-pilote au Maroc ".
Cette année, le prix de la meilleure photo n’a pas été attribué. Selon le jury, les contributions fait ne répondaient pas aux normes  professionnelles. Le jury a, en outre, décerné un prix honorifique à Mohammed Labrini,  directeur du journal "Al Ahdath Al Maghribia" en hommage à son action au  service de la profession. Un autre prix honorifique a été accordé cette année, sur proposition du  jury, à un journaliste étranger accrédité au Maroc, feu Abou Baker Seddik  Charif. Ce prix, décerné à titre posthume, a été remis à sa fille Sanaâ Charif. Lors de son discours inaugural, le ministre de la Communication Nabil Benabdallah a annoncé qu’aucun effort ne sera épargné pour la concrétisation de la réforme globale du secteur. En tête de cette réforme se trouve l’adoption d’un nouveau code de la presse et de l’édition. Le ministre a, dans ce sens, souligné la détermination du gouvernement à intensifier les efforts pour la mise en œuvre des différents chantiers de la réforme. Une opération qui ne pourra se faire sans une application des dispositions du contrat-programme pour la mise à niveau de l’entreprise de presse et de la convention collective. Nabil Benabdallah a évoqué également l’engagement du gouvernement à aider les médias publics à se développer. Les membres du jury composé entre autres de Omar Salim, Driss Lamrini, Abderahim Sami, Latefa Marouane ont annoncé le lancement, l’année prochaine,  d’un prix pour la caricature. 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *