Le Québec s’ouvre sur le Maroc

L’initiateur de cette opération en raconte la genèse à la manière d’un récit. Mohamed Chraïbi prenait un café à Montréal, lorsque l’un de ses amis s’est joint à lui en compagnie de la vice-présidente du plus grand événement d’humour au monde : «Juste pour Rire». Celle-ci demande au Marocain ce qu’il pense de la manifestation. Il la surprend en lui répondant que l’événement ne l’impressionne plus. «Au bout de 20 ans, la manifestation commence à s’essouffler. Il faut y apporter du sang neuf, l’innover, étonner les visiteurs en leur offrant des spectacles et des couleurs qu’ils n’ont pas vus l’année précédente». Mohamed Chraïbi, un ancien journaliste, qui se définit comme un «homme de négoce international résidant au Canada», ajoute qu’il a proposé dans ce sens l’introduction de couleurs et de saveurs qui convient aux visiteurs vers des pays lointains. «Nous n’avons pas besoin de cela !», lui répond sèchement la vice-présidente. Le lendemain, elle rappelle le Marocain pour en apprendre plus sur son projet. Elle a parlé au président du festival qui a été séduit par l’idée de renouveler l’événement. Par quel pays commencer ? Le Maroc, répond naturellement le Marocain.
L’ambassadeur du Royaume au Canada est vite informé du projet. Il en parle à André Azoulay qui soutient l’opération. Mohamed Chraïbi, nommé grâce à son initiative, «conseiller spécial de “Juste pour rire”» rencontre toutes les personnalités marocaines susceptibles d’aboutir le projet. Il s’est entretenu à cet égard avec Fathallah Ouallalou, ministre de l’Economie et des Finances, Adil Diouiri, ministre du Tourisme, et Fathia Bennis, directrice générale de l’Office national marocain de Tourisme.
Mohamed Chraïbi est intarissable sur les mérites de «Juste pour Rire» : «C’est le premier événement de l’humour et du rire dans le monde. Il attire 2 millions de visiteurs, touche 1 milliard 200 millions de téléspectateurs, c’est la douzième institution admirée par les Canadiens».  Il tient un discours ardent sur sa marocanité et les missions qu’il s’assigne à cet égard pour promouvoir l’image de marque du Maroc au Canada. Ce festival «est une fenêtre extraordinaire sur le monde». Une visibilité de notre pays lors de cet événement, dédié à l’humour, permettrait à des millions de visiteurs, dont une bonne partie d’Américains, de se familiariser avec le Maroc dans des conditions divertissantes. Cela serait imminent.
Et pour preuve, les responsables de «Juste pour rire » se sont réunis le lundi 16 juin à Rabat avec les autorités Marocaines. Pierre Marc Johnson, président du conseil d’administration du festival “Juste pour Rire”, de même que Gilbert Rozon, président du festival, ont rencontré Fathia Bennis, directrice générale de l’ONMT, les présidents des Conseils régionaux de tourisme (CRT), des responsables de la RAM, de la maison de l’Artisanat et du ministère de la Culture. À la suite de cette réunion, les Marocains se sont mis d’accord sur «une acceptation de principe», précise à ALM Omar Kabbaj, président du CRT de Casablanca. Il ajoute qu’il «y a eu consensus de la part de tous les membres présents. On ne peut pas rater une occasion pareille !». Pourquoi une acceptation de principe et non pas une acceptation effective ?  Omar Kabbaj précise que les modalités relatives à l’exécution de l’opération doivent être étudiées. Ces modalités ont trait au financement de la présence marocaine au Québec, ainsi qu’à la logistique. «Il ne s’agit pas d’obstacles insurmontables, d’autant plus que le budget de la participation marocaine s’élève à 7 millions de DH et que les frais de la logistique avoisinent la même somme», explique Omar Kabbaj. Une décision sera prise le 15 juillet par les autorités marocaines, affirme de son côté Mohamed Chraïbi. Les humoristes qui participent au festival «Juste pour rire» s’expriment aussi bien en français qu’en anglais. C’est une opportunité rare pour le Maroc. Des humoristes francophones et anglophones participent à la manifestation. Si le projet aboutit, et s’il est mené à bien, sans excès de folklore et de fioriture, il pourrait être la plus grande opération de promotion du Maroc en Amérique du Nord.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *