Le rappeur Abd al Malik met ses baskets dans les pas de Brel

L’impressionnant et ambitieux «Dante» (Polydor/Universal) sortira lundi, deux ans et demi après «Gibraltar» (350.000 ventes), qui mêlait rap, slam, jazz et chanson et avait valu au rappeur de 33 ans deux Victoires de la musique, un grand prix de l’Académie Charles-Cros et le Prix Constantin 2006. Malik a, en outre, été le maître d’oeuvre de l’album du collectif Beni Snassen début 2008. «Dante» est essentiellement axé sur la chanson française, avec des parrainages éloquents: l’ancien pianiste de Brel (et mari de Juliette Gréco) Gérard Jouannest, déjà présent sur «Gibraltar», Alain Goraguer (collaborateur historique de Gainsbourg) ou Gréco elle-même sur le duo «Roméo et Juliette». ,Les références à cette grande tradition sont omniprésentes. On pense à Brel sur «Circule petit, circule» ou le remarquable «Conte alsacien», à Nougaro sur l’emballante «Paris mais…» et Abd al Malik sample Serge Reggiani dans «Le Marseillais».
Le rap américain s’est toujours nourri de la musique populaire de son pays (funk ou soul) mais, en France, cette démarche est nouvelle. Du point de vue des thèmes, Abd al Malik creuse le sillon de «Gibraltar» et la France est au coeur de son disque. Lui qui se dit patriote se focalise sur la construction d’une communauté nationale au-delà des questions d’origines ou de religion (il est lui-même musulman et d’origine congolaise) avec une finesse d’analyse et une absence de manichéisme rares. C’est le thème de l’émouvant single «C’est du lourd!». France Inter diffusera le 6 novembre à 21h00 un concert privé du rappeur enregistré l’avant-veille. Par ailleurs, le label XIII Bis édite un best of de son ancien groupe, N.A.P.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *