Le réalisme de Lescure

Le réalisme de Lescure

ALM : Votre nom a été cité comme un éventuel successeur de Daniel Toscan du Plantier… Pierre Lescure : En fait, j’ai lu l’information dans la presse et je n’ai pas jugé utile d’envoyer un démenti. Durant un dîner au mois de janvier, une personne m’a suggéré de présider le festival de Marrakech, et j’ai répondu qu’il n’en est pas question. Parce que le festival international du film de Marrakech nécessite que je m’y engage entièrement, compte tenu de la dimension internationale et du rayonnement que lui veut Sa Majesté le Roi Mohamed VI. Vous n’êtes pas en mesure de répondre à ces attentes ? Non ! Ce n’est pas cela. Accepter, en ce moment, de présider le festival de Marrakech ne m’aurait guère laissé d’autre choix que de faire le travail à moitié. Il n’est pas dans mes habitudes de travailler à moitié, et encore moins de ne pas être à la hauteur d’un événement aux grandes ambitions. Or, en ce moment, j’ai pris des engagements pour d’autres tâches. Pensez-vous être plus disponible l’année prochaine ? La question reste très envisageable. Mme Mélita Toscan du Plantier a déclaré à ALM : « je ne suis pas sûre que Pierre Lescure soit un atout pour le festival de Marrakech». Qu’en pensez-vous ? C’est son point de vue ! J’attends qu’elle me répète cette phrase en face ! Je ne souhaite pas d’ailleurs faire de commentaire sur la phrase de Mélita Toscan Du Plantier avec qui j’ai des rapports cordiaux. En même temps, je ne suis pas très surpris, parce que Mme Toscan défend son territoire sur lequel elle ne souhaite pas que j’empiète. N’importe qui en ferait autant ! Elle est tout à fait dans son rôle en disant cela.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *