Le retour d’Abdelkrim Ouazzani

Le retour d’Abdelkrim Ouazzani

Il est peintre, dessinateur et sculpteur à la fois. Il s’agit de l’artiste plasticien Abdelkrim Ouazzani qui, depuis de longues années, est fidèle à une vision du monde basée sur le plaisir et le jeu, sur l’harmonie des formes et des couleurs. Il fait son retour avec un nouveau projet intitulé «Partir… c’est vivre». Celui-ci sera dévoilé à la galerie de la Compagnie marocaine des œuvres et objets d’art (CMOOA) à Casablanca à partir du 18 novembre  et jusqu’au 6 décembre 2014. Il s’agit là d’une exposition qui traite des divers voyages et des difficultés que rencontrent les gens dans leurs parcours pour aller vers les autres, et découvrir leurs cultures. À travers ce projet, Abdelkrim Ouazzani évoque le phénomène de l’immigration clandestine.

«Cette exposition parlera des divers voyages et des difficultés que rencontrent les gens dans leurs parcours pour aller vers les autres, et découvrir leurs cultures. Abdelkrim Ouazzani donne la parole à ses personnages fantastiques avec son langage très coloré, pour mettre en scène le ridicule de certaines situations causées par les inégalités sociales et raciales autour du voyage», peut-on lire dans une note d’information. Grâce à sa collaboration avec l’écrivain et critique d’art Moulim El Aroussi depuis les années 90, «Partir… c’est vivre» est une occasion pour mieux connaître la personnalité de cet artiste talentueux, son parcours et ses créations où apparaissent des figures pleines de poésie et de joie.

«Elle est une fête locale, un événement enchanté. Elle est un petit cosmos où les oiseaux voguent, où les poissons s’envolent, où les roues cheminent, où les équilibres giguent, où les figures sont dessinées, où Abdelkrim Ouazzani raconte des fables à demi-secrètes. Ses sculptures joyeuses sont proches de celles de Joan Miro, d’Alexander Calder, de Nikki de St Phalle. Ouazzani sculpte une calligraphie colorée», disait Gilbert Lascault, également critique d’art. De ce fait, les amateurs d’art découvriront la magie de ce personnage, ses sculptures et ses peintures.

Du 18 novembre au 6 décembre 2014
 à la galerie de la Compagnie marocaine des œuvres et objets d’art (CMOOA)
à Casablanca

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *