Le revers du cocasse

En découvrant les épreuves du concours d’entrée au CPR de Rabat, les profs ont été estomaqués. Des enveloppes scellées ont été envoyées par l’Académie régionale pour l’éducation et la formation de la région du grand Casablanca. Elles précisent les détails des épreuves de l’écrit.
Pour le moins qu’on puisse dire, le contenu de ces épreuves est un véritable casse-tête chinois. Il a obligé les professeurs surveillants à redoubler d’inventivité pour pouvoir répondre aux exigences des concepteurs de cet examen. Il est en effet demandé aux étudiants de réaliser un « croquis de personnages ». Et pas n’importe quel personnage ! « Un personnage assis, jambes croisées, lisant (un journal, une revue ou un livre) », et un autre « debout, dans l’attitude d’un musicien : (joueur de guenbri, de flûte, de violon, de derbouka, de flûte…) ». C’est donc des croquis d’après modèle que l’on demande aux étudiants de réaliser. Le problème, c’est que l’on n’avait pas de modèles pour 90 étudiants qui occupaient six classes. Il a fallu aux professeurs surveillants trouver une solution de fortune pour que l’examen ait lieu. Ils se sont improvisés en modèles.
Imaginons le cocasse de la situation. Un modèle est tenu à une rigidité à toute épreuve. Il doit rester dans une même posture pendant plusieurs minutes, jusqu’à ce que les étudiants aient fini leurs croquis. Un professeur censé surveiller les étudiants est ainsi acculé à les regarder faire sans pouvoir bouger le petit doigt. Et puis, s’il est facile de faire semblant de lire un livre ou une revue, cela l’est nettement moins en ce qui concerne les instruments de musique. Où trouver un guenbri ou une derbouka ? Et bien plus grave: il a été également demandé aux étudiants de faire des « croquis d’objets ». « Des bouteilles de différentes formes ou des poteries crues, vernissées ou émaillées ».
« Où va-t-on collecter des bouteilles pour six classes ? Et les poteries, on va peut-être les chercher au site de l’Oulja à Salé ! », s’écrie un professeur enragé du contenu des épreuves qu’il juge aberrant. « Heureusement qu’ils n’ont pas demandé aux étudiants de réaliser des croquis de vaches ou de moutons. Autrement, nous nous serions déguisés en bergers pour aller dénicher des troupeaux », dit un autre. La colère des professeurs n’a fait que s’accroître avec la découverte des épreuves du concours. Ils étaient déjà mécontents de travailler pendant une période de vacances. Une circulaire signée par le ministre de l’Education nationale précise en effet la date des périodes de vacances scolaires. Il y est clairement noté que les profs sont en vacances du 3 jusqu’au 10 novembre. Les examens ont commencé le 1er novembre et se poursuivent jusqu’au 7 novembre – date des épreuves de l’oral. « Je ne comprends pas que l’on puisse mobiliser des enseignants pendant les vacances. C’est un non-respect pour les personnes qui exercent notre profession ! », dit un enseignant.
Il est à souligner que ce concours d’entrée est d’habitude programmé au mois de septembre. Il a été exceptionnellement retardé de près d’un trimestre cette année. Il s’adresse aux élèves qui ont poursuivi une formation en arts plastiques dans les lycées et qui souhaitent dispenser, à leur tour, l’enseignement de cette matière. Plusieurs singularités ont caractérisé le concours de cette année. Tous les élèves souhaitant devenir profs ont été obligés de se déplacer au CPR de Rabat. Les heureux lauréats suivront également leur formation dans cette ville. Les années précédentes, ils pouvaient, en plus du CPR de Rabat, concourir et se former aux Centres pédagogiques de Tanger, Casablanca et Marrakech. Qu’est-ce qui explique cette concentration de toutes les activités en matière de formation en arts plastiques au CPR de la capitale ?
Selon plusieurs professeurs, les trois autres centres de formation sont en passe de cesser leurs activités. Les lauréats de cette année n’y suivront pas de formation. Cette formation dure deux ans. Si l’on accorde du crédit aux propos des enseignants, il ne reste donc qu’une année de vie aux trois autres CPR spécialisés dans l’enseignement des arts plastiques.
Et après, l’on peut se demander ce que vont devenir les enseignants qui y exercent. Le cocasse du contenu des épreuves a ainsi un revers cinglant. À un moment où tout le monde s’accorde à reconnaître l’importance de la formation en arts plastiques dans notre pays, les centres de formation censés la développer rétrécissent comme une peau de chagrin.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *