«Le sang du mort», la tragédie des expulsés d’Algérie

«Le sang du mort», la tragédie des expulsés d’Algérie

A l’exception de quelques articles de presse et de rares émissions télévisées et d’un seul film «Le drame des 40.000» de Ahmed Kacem Akdi en 1982, qui se sont intéressés à la situation des milliers de Marocains expulsés d’Algérie, aucun livre n’a été publié sur ce qui est considéré, au moins par ceux qui l’ont vécu, comme l’une des tragédies humaines ayant marqué l’histoire contemporaine. Selem Moqran, professeur de français à Zaio, près de Nador, qui a assisté et vécu le drame de la déportation abjecte de milliers de Marocains dont le seul crime était de vivre et de naître en Algérie, vient de combler cette lacune en publiant «Le sang du mort», un témoignage poignant sur cette page obscure de l’histoire de la région du Maghreb. Dans ce livre, publié à compte d’auteur à l’imprimerie Al Jossour (Oujda), Selem Moqran relate l’histoire de ces 45.000 Marocains qui ont été victimes, en novembre 1975, d’une «campagne xénophobe» ayant abouti à une déportation massive préméditée et orchestrée par un régime qui a donné la preuve «son incapacité d’aller au-delà du pillage, de l’éparpillement des familles et de la clochardisation des enfants» et «s’est acquitté de son devoir envers le peuple marocain frère», comme l’exprime avec dérision l’auteur. Bien que le livre s’assimile à une autobiographie, Selem Moqran affirme que «Le sang du mort» est un «simple témoignage» sur un crime «abject», «lâche» et «impardonnable» ordonné par des décideurs «aux intentions sadiques».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *