Le SIEL honore l’Espagne

Le SIEL honore l’Espagne

«Le SIEL n’est plus ce qu’il était !». Mohamed Achâari, ministre de la Culture, a commencé, lors d’une conférence de presse tenue mercredi dernier, à Casablanca, par annoncer la couleur de cette onzième édition du Salon international de l’édition et du livre (SIEL). Devenu un rendez-vous culturel annuel, le SIEL se tiendra, à l’Office des foires et expositions de Casablanca, du 11 au 20 février prochain. Si le nombre d’exposants cette année a baissé par rapport à l’année dernière, 650 contre 682, le nombre de pays présents au SIEL est allée, par contre, crescendo avec 56 pays contre seulement 48 lors de la dixième édition. L’autre nouveauté, et non des moindres, la durée du onzième édition du SIEL a été fixée d’une manière à ce qu’elle comprend deux week-ends. «Et ce pour permettre aux gens de venir visiter les stands sans bousculade, explique le ministre, et surtout pour ne pas se retrouver avec un flux très important de visiteurs, comme dans les autres précédentes éditions du SIEL, dans le cas d’un seul week-end». Pour éviter certains écueils de la précédente édition du SIEL, le ministère de la Culture entamera une campagne de communication sur l’événement, dans des différents supports médiatiques. Les professionnels qui ont pris part à la dixième édition du SIEL avaient déploré, l’année dernière, le manque de communication relative à cette manifestation.
Le programme de cette onzième édition est riche et verra la participation de grands noms du monde de la culture arabe et étrangère : Abdellatif Laâbi, Jaber Osfour, Bruno Etienne, Yasmina Khadra, Abdelkébir Khatibi, Edgar Morin, Paulo Coelho… Le SIEL prévoit également des rencontres, des tables-rondes, des colloques, des cérémonies de présentation et signature de livres et des spectacles dont un de flamenco avec Eva La Hierba Buena. Il faut dire que l’Espagne est l’invitée d’honneur de cette édition du SIEL et que plusieurs tables-rondes sont programmées sur la littérature espagnole, avec une présentation de la part du ministère de la Culture de quelques ouvrages traduits de l’espagnol en arabe. «C’est pour consolider les échanges culturels avec le Maroc, à travers notamment la présentation de la traduction de dix poètes espagnols, que nous avons choisi l’Espagne comme invité d’honneur dans cette onzième édition du Salon international de l’édition et du livre», ajoute-t-il. SIEL sera également l’occasion de débattre des problèmes que connaît l’édition au Maroc. Une journée tout entière sera réservée, le 14 février prochain, pour permettre aux éditeurs et auteurs, marocains et étrangers, de débattre des moyens susceptibles d’encourager la lecture et la consommation du livre. Cette édition donne plus d’importance à l’animation culturelle et dédie un espace de 270 m2 aux jeunes et aux enfants. Le programme du SIEL leur réserve de belles surprises avec des ateliers d’écriture et de peinture, des rencontres avec des écrivains et des artistes, des lectures de contes et d’histoires pour enfants avec mise en scène, des ateliers de bandes dessinées…
Les organisateurs de cette manifestation ne cachent pas leur optimisme et s’attendent à plus de visiteurs. Ils veulent dépasser le chiffre de 507 301 personnes, enregistré l’année dernière. Ils tablent également sur l’accueil d’un million de visiteurs, et ce dans les deux prochaines années.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *