Le SNPM tient Congrès

Le SNPM tient Congrès

Le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) s’apprête à organiser, du 14 au 16 mai son cinquième Congrès national.
A l’ordre du jour pour ce cinquième congrès, la stratégie syndicale que le SNPM compte mettre en oeuvre. La problématique des lois organisant la presse, celle relative à la déontologie et des débats sectoriels (Audiovisuel, presse écrite, agence de presse, presse électronique) sont également au programme. Pour Younès Moujahid, secrétaire général du SNPM, ce congrès s’annonce décisif pour le syndicat. « Le quatrième Congrès, tenu en 2000, avait été l’occasion de séparer la presse proprement dite vis-à-vis des éditeurs de presse. C’est en cela que ce congrès est décisif pour nous. Non seulement parce que ce sera l’occasion de faire le point sur ce que nous avons fait depuis et sur le programme futur à mettre en oeuvre ».
Le mot d’ordre n’est autre que la modernisation.
« Aussi bien en termes d’organisation qu’en méthodes de travail, nous sommes appelés à nous moderniser pour accompagner la modernisation que connaît le secteur dans son ensemble », ajoute-t-il. La communication est également une priorité pour le SNPM. Prendre des initiatives et renforcer le statut du SNPM en tant que force de proposition revient entreprendre des démarches organisées dans ce sens. « Le Syndicat ne peut pas se contenter d’être un simple syndicat revendicatif, mais être une force à même de convaincre ses interlocuteurs, à commencer par les journalistes eux-mêmes d’adhérer à sa vision et ses projets », explique M. Moujahid.
Les chantiers ne manquent pas. L’évolution suivant les nouvelles donnes du secteur s’impose. « Nous devrons être prêts à relever le véritable défi qu’est l’émergence d’une nouvelle génération de journalistes qui, elle, évolue dans un climat marqué, d’une part, par la prédominance des nouvelles technologies et, d’autre part, par l’ouverture du marché de la presse à des capitaux privés », conclut le secrétaire générale du SNPM.
La cérémonie d’ouverture aura lieu à l’hôtel Farah. Un choix de lieu, mais aussi de timing, pour rappeler des attentats meurtriers qui ont eu lieu le 16 mai dernier et qui avaient visé, entre autres, ce même hôtel.
Les travaux devront par la suite se poursuivre au Centre du secrétariat d’Etat à la jeunesse de Bouznika.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *