Le «Train de la vie» vers la tolérance

Le «Train de la vie» vers la tolérance

“Le train de la vie et de l’amitié” est le nom de la manifestation organisée par la société civile marocaine en partenariat avec des associations espagnoles. Il s’agit d’un train qui va transporter des cubes artistiques et qui sera acheminé jusqu’à Madrid. Une fois sur place, les cubes composeront une installation artistique et seront exposés à la station d’Atosha, le lieu des attentats. Ces cubes ont été réalisés par des jeunes étudiants des écoles d’art. Nous pouvons citer notamment l’Ecole d’architecture de Rabat, l’Ecole Art Com Rabat, l’Ecole supérieure de Casablanca, et l’Institut national des Beaux-Arts de Tétouan. Ces jeunes seront encadrés par des artistes marocains de grande renommée.
En réalité l’idée de ce projet remonte au lendemain des attentats meurtriers de Madrid. Plusieurs acteurs de la société civile marocaine avaient dès lors émis le voeu d’organiser une initiative symbolique pour exprimer outre la condamnation de ces attentats, les sentiments de solidarité et de fraternité entre les peuples marocain et espagnol. Mais l’idée a été reportée, car, selon Saoud El Atlasi, coordinateur de l’événement : «Tout le monde était encore sur le choc et au début, nous avions prévu quelque 200 personnes représentant le monde des arts, de la culture, du sport afin de représenter la délégation marocaine, mais ce n’est pas du tout facile de gérer 200 personnes». Ainsi, la manifestation a été reportée pour le 3 juillet. Le train va se déplacer de Casablanca jusqu’à Tanger.
Une fois sur place, une petite manifestation de solidarité et d’amitié entre les deux peuples sera organisée. Elle ne durera pas plus d’une heure.
L’idée initiale était de transporter les 200 personnes en train jusqu’à Madrid , «ça aurait duré deux ou quatre jours et tout serait rentré à la normale, mais là, l’impact sera plus grand car les cubes vont s’immortaliser sur la station d’Atosha et ils deviendront la propriété de la société civile espagnole», déclare Saoud El Atlasi.
Enfin de Tanger, le 8 juillet les cubes seront transportés jusqu’à Madrid. Ces mêmes cubes feront l’objet d’une exposition qui aura lieu du 9 au 11 juillet à la station d’Atosha. Ces cubes mesurent une taille de 50/50 cm et sont au nombre de 191. Un chiffre qui nous rappelle le nombre des victimes de Madrid.
Le “train de la vie et de l’amitié” est une initiative symbolique de la société civile marocaine destinée au renforcement des liens de solidarité et d’amitié entre les peuples marocain et espagnol.
C’est avec une touche artistique et créative que cette manifestation va démontrer la solidarité du Maroc à l’egard de l’Espagne. Tout comme l’Espagne, le Maroc a aussi vécu des attentats meurtriers ceux du 16 mai, alors en tant que peuple solidaire le Maroc compatit. Cette initiative se veut un geste traduisant la volonté du peuple marocain de rejeter avec fermeté cette terreur. Une terreur qui porte atteinte à un droit sacré, le droit à la vie, et une expression des sentiments d’indignation et de condamnation des attentats de Madrid. Ces attentats sont similaires à ceux de Casablanca. Ils ont été commis par des terroristes et des extrémistes.
C’est aussi une manière de renforcer les relations bilatérales entre le Maroc et l’Espagne. Mais ce n’est pas tout «le Maroc est un pays de paix et de tolérance, il possède des artistes, des écrivains, des hommes de lettres et de culture. Il faut donc montrer la beauté créative du Maroc», déclare El Atlasi. Et d’ajouter : «Ces victimes de ces attentats sont des civils innocents, ils ont été tués sans aucune pitié, alors nous voulons bâtir avec le peuple espagnol un avenir meilleur et lutter contre la haine et l’extrémisme.
Cette initiative a bénéficié de l’adhésion de plusieurs associations, telles que l’Union des écrivains marocains, le Syndicat national de la presse marocaine, et la liste est longue. El Atlassi a tenu à préciser qu’il n’y a pas de critères précis qui déterminent le nombre d’associations participantes.
«On ne refuse personne» ajoute El Atlassi. L’adhésion est spontanée, des associations de la société civile, des artistes et des acteurs politiques et syndicaux, mettent en exergue les liens d’amitié qui unissent les deux peuples marocain et espagnol.
Outre ces cubes d’art, les organisateurs ont prévu un « Manifeste » de condamnation de terrorisme, signé par des intellectuels, des artistes, et des personnalités de différents horizons, lequel document sera lu publiquement et remis aux associations espagnoles. Ce manifeste sera lu le 11 juillet à Atosha à la mémoire des victimes du 11 mars.
En parallèle, à la même occasion, plusieurs concerts et activités seront organisés. Ces festivités sont aussi une manière de ne pas désespérer et de ne pas céder à la haine et l’injustice. Et la vie continue.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *