Leila Alaoui célébrée au Musée Yves Saint Laurent

Leila Alaoui célébrée au Musée Yves Saint Laurent

Sa célèbre série photographique «Les Marocains» sera ouverte au grand public à Marrakech

Organisée en partenariat avec la Fondation Leila Alaoui, cette exposition est l’un de ses derniers projets. Elle donne à découvrir une trentaine de portraits de Marocains, dont certains inédits.

Disparue, il y a presque trois ans, dans les attentats de Ouagadougou, les créations artistiques de la défunte Leila Alaoui continuent de faire le tour du monde. Cette fois-ci, c’est au Musée Yves Saint Laurent de Marrakech que sa célèbre série photographique «Les Marocains» sera exposée au public. Un événement gratuit qui se déroule jusqu’au 5 février 2019. «Pour la première fois, la Fondation Jardin Majorelle a souhaité réserver un accès gratuit à la salle d’exposition temporaire pour partager avec le plus grand nombre, notamment Marrakchis et Marocains, le regard de la photographe sur ses concitoyens», indique dans ce sens le Musée dans une note d’information.

Organisée en partenariat avec la Fondation Leila Alaoui, cette exposition est l’un de ses derniers projets. Elle donne à découvrir une trentaine de portraits de Marocains, dont certains inédits. A propos de cette exposition, Leila Alaoui avait expliqué à ALM avant sa disparition dans un entretien que cette série représente «un témoignage et un travail d’archives sur l’esthétique de ces réalités sociales, souvent vouées à l’oubli». Elle avait ajouté qu’elle a «voulu photographier les Marocains isolés de leurs environnements sur un fond noir et une lumière artificielle se rapprochant plus d’un éclairage de photographie de mode en studio plutôt qu’une lumière naturelle souvent utilisée dans la photographie de voyage».

«Les Marocains» rend hommage à la diversité ethnique et culturelle du Maroc. Elle est mise à l’honneur au cœur du musée berbère du Jardin Majorelle. Il faut  noter que Leila Alaoui avait reçu en 2017 à titre posthume l’insigne honorifique français de Commandeur des arts et Lettres, remis par le fondateur du Musée Yves Saint Laurent, Pierre Bergé, à sa mère Christine Alaoui. «Leila Alaoui faisait partie de ces gens engagés qui n’hésitent pas à parcourir le monde pour venir au secours des autres, pour témoigner, et c’est là ce qu’elle a fait de plus beau.

Ses convictions étaient profondes. La manière dont elle a disparu justifie le combat que j’ai mené toute ma vie pour la tolérance», avait expliqué Pierre Bergé ajoutant : «Quand je cesserai de m’indigner, j’aurai commencé ma vieillesse’: c’est à André Gide que je pense, lorsque je me souviens de Leila Alaoui».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *