L’Ensanche de Tétouan, bijou architectural de l’ancien style espagnol

L’Ensanche de Tétouan, bijou architectural de l’ancien style espagnol

Les visiteurs de la Colombe blanche ne peuvent rester insensibles devant la beauté architecturale des anciennes constructions et bâtiments réalisés pendant l’occupation espagnole pour en faire sa capitale militaire et administrative. Connu toujours par les Tétouanais sous le nom « d’ El Chanti », l’ensemble de ces anciens bâtiments et constructions, qui fut désigné officiellement à l’époque par Ensanche, trône toujours sur les principales avenues et rues au cœur du centre-ville. «Il constituait pendant la période coloniale la nouvelle ville moderne espagnole», selon les anciens habitants de la ville. Située sur une superficie d’une trentaine d’hectares, la ville moderne Ensanche occupe les principales avenues et rues au cœur du centre-ville. Ses anciennes constructions et bâtiments de quatre étages se trouvent en particulier entre l’ancienne médina et des quartiers résidentiels et administratifs, dont la majorité est récemment construite à Tétouan. «L’ancien grand quartier espagnol Ensanche a été construit pendant la période coloniale sur plusieurs phases. Les premiers bâtiments furent construits, au début de l’occupation espagnole, selon le style espagnol colonial, mais très influencée par l’architecture islamique mudéjar. Ils furent suivis à partir des années 30 et jusqu’au début de la décennie 40 par la réalisation de la deuxième catégorie de bâtiments avec leur style architectural baroque, qui apparaît au début du XVIIème siècle en Europe. La cité d’Ensanche va connaître ensuite et plus particulièrement sous le régime de Franco la réalisation d’un autre style de bâtiments, qui se distinguent par le style européen moderne», indique l’architecte tétouanais, Taoufik Al Morabet. Ce responsable poursuit que les bâtiments et constructions de l’ancienne cité espagnole Ensanche constituent pour la ville un important patrimoine historique et architectural. «Ils ont, de ce fait, bénéficié il y a des années des travaux de rénovation de leurs façades, et ce grâce à une convention de coopération signée entre la commune urbaine de Tétouan et la Junta de Andalucia», précise M. Al Morabet. Par ailleurs, l’Ensanche a réussi depuis toujours, et grâce à son architecture, à former, avec l’ancienne médina, la ville de Tétouan avec son aspect architectural andalou. Cette ancienne partie espagnole se présente comme un véritable bijou avec ses immeubles, ses rues, ses places et ses commerces. Les visiteurs de la Colombe blanche peuvent admirer, à partir de la place El Feddane, où se trouve le Palais royal, l’un des plus anciens et célèbres bâtiments, à savoir Dar Taïr. Cet immeuble qui surplombe toujours et majestueusement la place Al Jalae- comporte une magnifique statue, qui témoigne de la créativité des artistes espagnols. Un peu plus près de cette belle architecture espagnole, et en particulier sur le boulevard Mohamed V, se trouvent plusieurs bâtiments dont celui de la Bibliothèque générale, qui se distingue par le même style architectural colonial espagnol. En marchant quelques pas en direction de la place Moulay El Mehdi, les visiteurs découvriront la beauté architecturale de la cathédrale Notre Dame de la victoire, qui fut construite en 1919. Les locaux de cette église espagnole se distinguent par leur intérieur, qui ressemble à celui d’une mosquée andalouse. Selon les anciens habitants et connaisseurs de l’histoire de Tétouan, les constructions et bâtiments d’Ensanche furent construits par des Espagnols et des Juifs dont la majorité a fui le régime de l’ancien président Francisco Franco. Parmi les anciens propriétaires de ces immeubles figurent les noms des familles de Sananès, Karyoun, Benatar et Benhayoune. Il y a lieu de rappeler que l’immeuble où se trouve le célèbre cinéma Avenida fut construit et demeuré pendant longtemps la propriété de la famille Jodra. Bien que le cinéma appartienne, depuis plusieurs dizaines d’années, à son actuel propriétaire Al Hossain Boudih et le reste des commerces et appartements que compte ce bâtiment, à des Tétouanais, «les membres de la famille Jodra sont toujours fascinés par Tétouan et maintiennent encore le contact avec la ville. Ils sont actuellement actionnaires de l’hôtel Kabila, qui se trouve à proximité de la ville de Tétouan», révèle un des habitants de cet immeuble. Il est à noter que l’Ensanche compte d’autres beaux bâtiments construits pendant la période coloniale. Il s’agit entre autres de l’ancien casino espagnol, construit durant les années 20 ainsi que le prestigieux Teatro Español et la clinique Sidi Frij, qui datent respectivement de 1916 et 1938. Et en plus de l’Ensanche, la Colombe blanche compte le plus beau parc d’El jardín de los enamorados (Jardin des amoureux), plus connu des Tétouanais par Ryad Al Ouchak, qui date de 1929. Ce beau site a été inauguré pour la première fois sous le nom de Jardin du Consul Cajigas. Les Espagnols voulaient en faire un autre palais de l’Alhambra de Grenade en Espagne.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *