Les British redécouvrent les lions de l’Atlas

Une équipe de chercheurs britanniques vient de confirmer que les squelettes de deux lions découverts en 1930 dans la célèbre citadelle londonienne, The London Tower, située au centre de la capitale britannique, étaient ceux de deux lions de l’Atlas.
L’étude génétique, effectuée sur les deux squelettes, qui remontent au moyen âge, a montré qu’ils appartiennent à deux lions de l’Atlas, plus connus comme «les Lions de Barbarie». Les monarques anglais gardaient jalousement dans les jardins de la tour de Londres, actuellement consigne des joyaux des souverains britanniques, plusieurs lions, symboles emblématiques de la monarchie anglaise.
Les chercheurs, qui ont publié les résultats de leurs études dans le journal «Contributions in Zoology», ont pu établir, à l’aide d’examens d’ADN, que les deux lions ont vécu dans l’enceinte de la «tour blanche», fondée en 1078 par Guillaume le Conquérant, durant le 14-ème et le 15-ème siècles dans le zoo crée il y a près de huit siècles par le Roi John (1199-1216).
Les deux lions de l’Atlas, qui faisaient partie de cadeaux offerts aux souverains anglais, avaient fait l’objet de plusieurs études au musée de l’histoire naturelle de Londres et à l’université d’Oxford.
L’étude réalisée sur les deux lions a montré que ces animaux partageaient les mêmes gènes uniques qui distinguent les lions de l’Atlas.
«Les résultats de notre étude offrent la première preuve génétique qui confirme sans équivoque que les squelettes découverts à l’intérieur de la Tour de Londres sont ceux de lions de l’Atlas marocains», indique Richard Sabin, conservateur du musée britannique des mammifères.
Pour sa part, Nobuyuki Yamaguchi, chercheur à l’université d’Oxford, souligne que toutes les preuves disponibles montrent que les deux lions viennent du Maroc, où d’importants groupes de lions de cette race unique vivaient jusqu’au début du 20-ème siècle. D’après le chercheur, le dernier lion de l’Atlas libre a été tué 1942 près de Tizi-n-Tichka, entre Marrakech et Ouarzazate.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *