Les Casbahs de Taourirt et d’Aït Benhaddou

Les Casbahs de Taourirt et d’Aït Benhaddou

à travers le temps, la Casbah d’Aït Benhaddou témoigne d’un art architectural ancestral. En lieu historique classé patrimoine mondial par l’UNESCO, cette forteresse historique, qui se situe à quelques kilomètres de la ville d’Ouarzazate, demeure l’un des monuments marocains de grande valeur. Construite sur une colline, la Casbah d’Aït Benhaddou repose en hauteur sur la région et s’impose au regard dans un paysage naturel féerique. Elle vient régner sur une partie de la région en imposant son existence et en se mariant avec la nature. Ainsi, elle perce ce silence de l’histoire et raconte en murmure cet écoulement du temps et ce passage des êtres. Cependant, ce monument que la plupart nomment Casbah est en réalité un ksar. En effet, ce lieu historique a été conçu sous forme d’un village fortifié regroupant plusieurs habitats, des greniers collectifs ainsi que des étables. Et comme dans une quête de conservation et de sauvegarde, la muraille du ksar enveloppe ce dedans, qu’on cherche à percevoir, dans un mélange de grandeur et de simplicité tel un joyau qu’on conserve précieusement. On remonte dans l’histoire pour percer ce silence. On cherche à déchiffrer les codes de cette histoire qui continue dans le présent et le futur, mais le secret demeure. Seules les murailles de ce ksar conservent l’histoire et détiennent les clefs de ce passé ici présent. En effet, il est difficile de donner la date précise de construction de ce monument. Seules quelques bribes d’histoires transmises de père en fils viennent éclairer la lanterne des curieux. Le ksar qui bourdonnait de vie, depuis sa construction, est devenu au fil du temps un lieu désertique. Seuls les mûrs demeurent loyaux et tentent dans un dernier élan de rester fidèles aux lieux. En effet, vu la sécheresse et les aléas du temps, la population de ce ksar a quitté les lieux pour s’installer à proximité de l’oued. Le ksar qui était, jadis, une forteresse regroupant des habitants juifs et musulmans, noirs et blancs, se vide des brouillements de la vie quotidienne. Et il devint une forteresse qui chante en silence la nostalgie des temps écoulés. Il tombe en ruine comme anéanti par un chagrin longuement contenu. Et dans un dernier élan de survie, il tente de se redonner vie en se dressant comme patrimoine universel. Appelée communément Kasbah Aït Benhaddou et Casbah d’Aït Ben Haddou, ce patrimoine est aujourd’hui l’un des monuments historiques qui connaît l’engouement des touristes nationaux et internationaux. La Casbah d’Aït Benhaddou est devenue un site historique programmé dans la plupart des visites touristiques de la région d’Ouarzazate. Le ksar s’invente une nouvelle existence. Il prête ses lieux aux tournages de plusieurs films de renom international et dont on note «Lawrence d’Arabie» et «Un thé au Sahara». Les alentours du ksar seront vite investis par plusieurs projets touristiques qui viennent s’installer à proximité. Cependant, ce ksar est loin de constituer le seul monument historique au niveau de la région du Sud. La région d’Ouarzazate dispose d’un grand patrimoine historique. En effet, la Kasbah de Taourirt constitue également l’un des monuments historiques classés patrimoine mondial par l’Unesco. Elle fut construite au cours du 17ème siècle par la tribu des Glaoui. Elle a été l’une des résidences du pacha El Glaoui dans le passé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *