Les cent ans de Greta Garbo

"Je veux qu’on me laisse tranquille". Cette célèbre phrase, Greta Garbo aura pris grand soin de la cultiver pendant près d’un demi-siècle. Rétrospectives, documentaires se suivent à l’occasion du centième anniversaire, dimanche, de la naissance de l’actrice d’origine suédoise disparue en 1990.
Adulée pour sa beauté, son intelligence et ses qualités d’actrice, Greta Garbo s’est évanouie volontairement des feux de la rampe en 1941, à l’âge de 37 ans, après l’échec de "La femme aux deux visages" de George Cukor, dernier film dans lequel elle apparaîtra. Née le 18 novembre 1905, Greta était issue d’un milieu modeste, une famille ouvrière de Stockholm. Elle fera ses débuts d’actrice en tournant dans un film publicitaire pour le grand magasin de Stockholm Pub où, adolescente, elle vendait des chapeaux. Après avoir suivi les cours de l’Académie royale d’art dramatique, où elle sort deuxième, Garbo est engagée en 1924 par le cinéaste d’origine finlandaise Mauritz Stiller, un maître du muet, pour jouer le premier rôle de "La légende de Gosta Berling". En 1925, elle part à Hollywood avec Stiller mais l’élève surpassera le maître qui rentrera en Suède trois ans plus tard pour y mourir à l’âge de 45 ans.
Elle passera sans aucune difficulté du cinéma muet au parlant, contrairement à d’autres étoiles du Septième Art. Devenue américaine, c’est aux Etats-Unis que se fera l’essentiel de sa carrière cinématographique. Et quand elle optera pour l’anonymat absolu, elle restera à New York où elle est morte, il y a quinze ans, le 15 avril 1990.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *