Les danses traditionnelles d’Okinawa à Rabat

La troupe japonaise : «Okinawa Culture Association» a commencé sa tournée au Maroc par un spectacle de danse, lundi soir, au théâtre national Mohammed V. Cette troupe japonaise a ému les foules  par la qualité et
l’originalité de son spectacle visant à faire connaître l’art  populaire d’Okinawa, "une petite île de Kyushu qui a su développer un style de  musique ayant largement influencé les autres formes artistiques du Japon". "Le spectacle s’assigne comme objectif de montrer, à travers la danse  traditionnelle d’Okinawa, la culture japonaise qui prône la paix", a confié à  la MAP, le président de la troupe M.Masayasu Tamaki.
La troupe est composée de huit musiciens et de six danseuses. Ils sont tous  des bénévoles et sélectionnés parmi les artistes des plus prestigieuses  écoles de danse d’Okinawa.
Le spectacle, qui se déroule en deux parties de 45 mn chacune, décrit  différentes scènes de la vie quotidienne d’Okinawa d’antan. Romance, fêtes  populaires, travail fermier  sont autant de thèmes traités par les jeunes  danseuses qui exécutent leurs numéros avec une parfaite maîtrise de gestes  nécessitant concentration et équilibre. Les danses traditionnelles d’Okinawa se distinguent en danses de cour, Odori  et folklorique. La danse de la cour a pour origine les prières faites dieux  pour obtenir de bonnes récoltes. Vers, le XVIIème siècle, le roi d’Okinawa,  royaume indépendant, réclama la création d’une danse de cour dont la musique  est exécutée avec le sans-hin (instrument à trois cordes considéré comme le  plus important dans la musique d’Okinawa).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *