Les droits sociaux et juridiques de l’artiste à l’ordre du jour

Les droits sociaux et juridiques de l’artiste  à l’ordre du jour

Le Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques tient son 7ème congrès

Lors de ce congrès il a été décidé aussi d’activer et de mettre à niveau les filières professionnelles au sein des structures sectorielles, et de consacrer le concept de la régionalisation et de la décentralisation dans l’organisation interne du syndicat.

Les politiques culturelles, les droits sociaux des artistes, les droits d’auteur et droits voisins… sont parmi les points d’ordre du 7ème congrès national du Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques, prévu du 21 au 23 décembre, à M’diq. En effet, ce congrès se veut ainsi une étape nouvelle dans l’action militante du syndicat après un quart de siècle au service des droits des professionnels ainsi qu’une étape où le congrès tentera de répondre à de nouveaux questionnements partant des exigences de la scène professionnelle. «C’est une occasion pour les participants d’évaluer la situation actuelle de la scène artistique et la discussion du document d’orientation.

Celui-ci regroupe l’ensemble des orientations du syndicat», indique à ce sujet Bouhcine Messaoud, président du syndicat. Et d’ajouter que «plusieurs axes seront abordés à cette occasion dont notamment les droits sociaux et juridiques de l’artiste. Sera également discuté le renforcement des compétences du syndicat. Nous remarquons qu’il existe un grand vide au niveau de la formation syndicale». Lors de ce congrès il a été décidé aussi d’activer et de mettre à niveau les filières professionnelles au sein des structures sectorielles, et de consacrer le concept de la régionalisation et de la décentralisation dans l’organisation interne du syndicat.

Selon le président du syndicat, l’année culturelle 2018 s’est soldée par la réalisation d’importants projets. «La loi de l’artiste figure parmi les grands chantiers. C’est un grand exploit. Elle représente un pas important dans la protection des artistes contre toute forme d’injustice et d’exploitation et une avancée dans leur droit à la protection sociale. Il a nécessité presque 5 ans de travail». M. Messaoud a également cité l’application de la disposition de la loi relative à la protection du droit d’auteur et droits voisins. «Cela a permis au Bureau marocain du droit d’auteur d’accroître ses revenus», dit-il. Notons que le congrès intervient suite au renouvellement et à la restructuration de la formation syndicale, conformément aux décisions du congrès national extraordinaire tenu en 2016. «Le syndicat a changé d’appellation et de structures pour s’ouvrir à tous les métiers relatifs aux arts dramatiques».

Près de 200 congressistes, délégués par les assemblées générales des 18 sections régionales des 12 régions du Maroc, prendront part à ce rendez-vous. Il connaîtra également la présence d’artistes, de journalistes, d’acteurs associatifs, de personnalités publiques et de représentants de syndicats amis d’Egypte, des Emirats Arabes Unis, de France et de Jordanie. Au programme de ce congrès, un hommage fort aux dirigeants successifs du syndicat depuis sa création, à savoir Aziz Saad Allah, Mohamed Qouati et Hassan Ennafali, en reconnaissance de leurs efforts au sein du syndicat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *