Les Marocains de l’UE à l’honneur

Les Marocains de l’UE à l’honneur

L’interaction musicale entre l’Europe et le Maroc se poursuit via le festival Jazz au Chellah. Il aura lieu du 10 au 14 juin. Et ce sont les Marocains de l’Union européenne les invités d’honneur de cette quinzième édition. Une édition qualifiée de «bel exemple de rapprochement entre le Maroc et l’Union européenne qui pose à sa manière les jalons d’un statut avancé», par Eneko Landaburu, ambassadeur chef de la délégation de l’Union européenne. Ali Alaoui (Fance), Khalid Kouhen (France), Rhani Krija (Allemagne) et Mohamed Zeftari (France) sont les quatre artistes marocains qui seront célébrés. Ce sont des musiciens qui ont percé leur carrière en Europe où ils s’y sont distingués par leur attachement à leurs racines et leur ouverture aux diverses cultures du monde. Peu connus du public marocain, ils offriront des concerts inédits en compagnie d’artistes et formation jazz venus d’Europe. En ouverture le 10 juin, Ali Alaoui, percussionniste et compositeur cosmopolite, spécialiste de la musique arabo-andalouse installé en France depuis dix ans rencontre le quintet espagnol Tom Johnson’s Shark. Avec une musique solide comme le funk, fluide comme le jazz, ce quintet surprend par une instrumentation plus prompte à fusionner les mélodies lyriques aux harmonies les plus riches. Avec cette rencontre, Ali Alaoui vivra sa passion d’offrir à sa culture un rayonnement international. Il est à l’initiative de nombreuses créations et participe à des projets avec des artistes de tous horizons, jazz, musique classique, musiques actuelles et musiques du monde. Le vendredi 11 juin, Khalid Kouhen, spécialiste des percussions d’inspirations exotiques, rencontrera le duo Mathilde Renault (Belgique) & Jonas Knuttson (Suède). Ainsi Khalid Kouhen fera montre de sa maîtrise des diverses percussions de brésiliennes (Répinique, pandeiro, tambourim, surdo, berimbau, caixa, caxixi…) passant par les africaines (Djembé, kalimba, bendir, derbouka, tabal, Genbura (Udu)…) et les Afro-Cubaines, antillaises (congas, bongos, shekere…) à la tablas indienne. Pour le samedi 12 juin, ce sera le tour de Rhani Krija un génie de la percussions qui revient au Jazz au Chellah après son concert en 2007. Rhani Krija vit actuellement en Allemagne et est reconnu en tant que connaisseur des musiques arabe, andalouse, africaine et de l’Amérique latine. Il a joué avec des musiciens tels que Housseine Kili, Omar Sosa, Don Byron, ou Keziah Jones, ou encore dernièrement Herbie Hancock il a également accompagné Sting dans sa tournée Sacred Love. Il rencontrera Ibrahim Electric, un trio parmi les fines fleurs de la jeune scène danoise. Le dimanche 13 juin, le violon de Mohamed Zeftar raisonnera au côté de la musique ludique, facétieuse, voire franchement clownesque par moments du Mathias Schrieffel trio et de Bodek Janke. Violoniste et compositeur, il a travaillé avec plusieurs artistes et groupes méditerranéens à l’Institut du monde arabe à Paris, aux Orientales à Stockholm et au Festival du monde arabe à Montréal. Par ailleurs, le concert de clôtutre verra la rencontre entre le musicien Majid Bekkas egalement directeur artusitque du Jazz au Chellah, et les percussioniste Minino garay, le claversite Louis Clavis, et le balafoniste Ali Keyta. Aussi est prévu, un master class de percussion réunissant les invités de cette édition et qui permettra la rencontre entre ces artistes, les autres artistes marocains et le public.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *