Les maux de la société sur les planches de Rabat

Les maux de la société sur les planches de Rabat

Pour les férus de productions théâtrales nationales, deux pièces sont programmées ce fin janvier au Théâtre Mohammed V de Rabat. Il s’agit de «Hna Chabab» de Abderazzak Al Badaoui, prévue le 29 janvier et de «Bladi, mon pays» de Driss Roukh le 31 courant.
En collaboration avec la SNRT et avec le soutien du ministère de la Culture, la troupe Al Badaoui  (Al Istimrar) livre au public sa pièce: «Hna Chabab». Cette pièce tragi-comique tente de traiter les soucis et les sujets socio-économiques des jeunes. «Hna Chabab», écrite par Brahim Boubakri et Abderazzak Al Badaoui  qui l’a mise en scène, dévoile les préoccupations des jeunes dans un esprit comique et un état de conscience solidaire avec la jeunesse marocaine.
«La thématique de cette pièce ne vient pas du néant. Elle est basée sur une étude profonde et objective de notre société marocaine et plus spécialement de sa jeunesse avec ses différentes tranches d’âge», explique Abderazzak Al Badaoui. Ainsi, les personnages principaux de cette «comédie noire» se trouvent être six jeunes Marocains, autour desquels gravitent divers autres personnages dans un arrière-plan urbain.  Ces jeunes progressent tout au long de cette œuvre, dans divers environnements décalés les un des autres, allant du conservatisme ou l’insouciance des foyers familiaux, à la rigidité professionnelle de l’entreprise et passant par les contextes sociaux d’autres cultures notamment à travers l’immigration. Parmi les comédiens jouant dans cette pièce, Rachida Saoudi, Said Aibtouzid , Mustapha Kimi, Mohamed Kabili, Khalid Abchir et Fourar Mohamed  avec d’autres comédiens.
Par ailleurs, l’autre pièce «Bladi, mon pays» traite aussi de thèmes inspirés de la société. Produite par la troupe Adam’s Production en collaboration avec le Théâtre Mohammed V, elle est  écrite et mise en scène par Driss Roukh. Vacillant tour à tour entre ironie et émotions intenses, cette pièce se penche plus précisément sur les thèmes de l’immigration clandestine notamment la nostalgie, l’inégalité, le racisme et les conditions défavorables des jeunes immigrants qui cherchent le paradis terrestre.
C’est l’histoire d’un couple de frères interprété par Abdelkébir Rgagna et Saïd Bay, qui quittent leur pays pour chercher l’eldorado. A travers une multitude de péripéties à l’étranger tous deux se sentent insatisfaits de leur sort et chacun tente d’y remédier. L’un cultivé devient écrivain et l’autre moins instruit devient un «dealer» de drogue. «A travers cette pièce, nous souhaitons  exposer une autre vision de la réalité plus complexe et selon laquelle le bonheur existe mais pas absolument là où on s’obstine le croire», déclare à ALM Abdelkebir Rgagna.
Cette pièce a été primée au Festival international de Tétouan et a été jouée dans plusieurs autres manifestations internationales notamment en Espagne au Festival de Toza et en Tunisie au Festival de Sousse. 
N’hésitez pas donc  à aller apprécier ces deux œuvres qui toutes les deux évoquent, avec un ton à la fois amusant et intelligent, de multiples facettes de notre société.  

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *