Les militaires au chevet des civils

Les militaires au chevet des civils

Mercredi 8 février 2006. Une ambiance particulière règne au cours de cette belle journée ensoleillée, bien que froide, à Boumalen Dadès, à une cinquantaine de kilomètres de la campagne Iknioune, dans la province d’Ouarzazate. 
Dans la caserne militaire de cette région, un hôpital médico-chirurgical de campagne (HMCC) a été installé depuis quelques jours pour accueillir les patients. Hommes, femmes et enfants sont venus par centaines. Ils viennent, entre autres, de Tinghir, Slilou, Aït Abdou, Aït Sidi Ali et Taghassa où le manque d’infrastructures et d’établissements sanitaires publics est criant. Pauvres et malades se dirigent vers l’hôpital mobile bâti sous des tentes à la recherche d’un "miracle" pour atténuer leurs douleurs. "Je suis venu de Tighir pour soigner ma mère malade. Elle souffre de rhumatisme. Nous avons appris que des soldats- médecins sont venus ici pour soigner des gens de la région. Alors, j’ai emmené ma mère pour recevoir des soins. qui sont en plus gratuits.", indique une femme à la quarantaine, qui attend son rôle devant la tente de la spécialité "Rhumatisme". A quelques pas se trouve la tente de consultation"ORL". Un officier aide une femme âgée à s’asseoir sur une chaise. Le médecin l’examine et lui prescrit des médicaments. Avant de sortir et se diriger vers la pharmacie, elle lui lance un sourire en guise de remerciement.
Dès les premières heures du matin, des hommes et des femmes militaires, porteurs d’une joie à toute épreuve, sont à pied-d’œuvre. Ils sont une centaine de soldats mobilisés pour cette opération de grande envergure à caractère purement humanitaire. "C’est un hôpital médico-chirurgical de campagne à vocation multidisciplinaire. Des médecins spécialistes fournissent gratuitement des prestations médicales à la population locale. L’hôpital a entamé ses activités le mardi 7 février au cours duquel plus de 530 consultations ont été effectuées.", déclare Mohamed Bennani, commandant du 1er bataillant médical, chargé du déploiement des HMCC. Disposant d’un équipement médical moderne, cet hôpital militaire de campagne n’a rien à envier aux autres hôpitaux.
En effet, une vingtaine de tentes sont dressées comprenant, entre autres, un centre de triage, des postes de consultations et d’une unité d’imagerie. Cardiologie, ORL, ophtalmologie, dermatologie, pédiatrie, gynécologie et chirurgie dentaire, autant de spécialités mises à la disposition des populations de la province qui continuent de s’inscrire pour profiter des services bénévoles de cet hôpital. Quelque 5112 personnes sont déjà inscrites. Par ailleurs, l’HMCC comprend également un bloc opératoire pour effectuer des petites chirurgies et une pharmacie pour la distribution de médicaments. Quatre ambulances dont une médicalisée ont été déployées pour servir en cas d’évacuation sanitaire vers l’hôpital de Boughafer à Ouarzazate. "Nous avons relevé que les pathologies les plus fréquentes sont des infections ophtalmologiques. La cataracte est une maladie très répandue notamment chez les personnes âgées. Elle est la première cause de cécité curable. Puisque ces personnes ne peuvent pas venir chez nous pour se soigner, nous nous sommes déplacés vers eux. Grâce à une technique moderne appelée "Phacoémulsification", le patient est opéré le matin et peut ainsi rentrer chez lui le même jour vers le soir.
Nous faisons ces interventions chirurgicales dans l’hôpital Boughafer à Ouarzazate. Les petites chirurgies comme celle du "trachome" ou du ptérygion se font sur place à l’hôpital de campagne à Boumalen-Dadès.", explique Naoumi Asmaâ, professeur d’ophtalmologie à l’hôpital militaire Mohammed V de Rabat. Par ailleurs, aux médecins des FAR, se sont adjoints des médecins militaires des Emirats arabes unis. Une équipe, composée de médecins et d’infirmiers, s’est investie dans cette initiative humanitaire, menée dans le cadre du cinquantième anniversaire des FAR. «Notre participation s’inscrit dans le cadre de la consolidation des relations d’amitié et de fraterité qui existent depuis le règne de Feu Hassan II entre notre pays et la Royaume du Maroc. Il est très important pour nous de faire part de cette action humanitaire puisqu’elle  est organisée dans le cadre du cinquantième anniversaire des FAR», déclare le général Joumaâ El Dahri des EAU, qui effectuait une visite à l’hôpital militaire de campagne. L’opération se poursuivra jusqu’au 14 février dans la province d’Ouarzazate. Des hôpitaux médicaux chirurgicaux de campagne seront également déployés successivement dans les régions d’Errachidia, de Tahanaout-Amzmiz, d’Al Hoceïma, de Tan-Tan et d’Agadir. Mettant à contribution toutes leurs potentialités dans cette opération, les militaires s’illustrent à nouveau par leur abnégation en faveur d’autrui. Ces vétérans ont déjà à leur actif plusieurs années d’expériences dans ce genre d’initiative.
En effet, les Forces armées royales ont mené de nombreuses actions humanitaires aux niveaux national et international. Cette institution a joué un rôle déterminant lors du tremblement de terre d’Agadir en 1960. Plus tard, le 25 novembre 2002, un hôpital médico-chirurgical de campagne fut déployé à Mohammédia, lors de l’incendie qui s’était déclaré à la raffinerie de pétrole de cette ville. Récemment, en février 2004, les FAR se sont mobilisé pour venir en aide aux populations sinistrés du séisme qui a frappé la région d’Al Hoceïma. Sur le plan international, en 1993, les militaires marocains ont effectué leur première mission à caractère véritablement humanitaire en Somalie. Un contingent marocain s’est déployé pour porter secours à la population somalienne victime de la guerre civile.
En Bosnie-Herzégovine et au Kosovo, respectivement en 1996 et 1999, les FAR ne se sont pas départies de leur professionnalisme et leur dévouement. Ils ont fourni des soins aux populations civiles éprouvées par la guerre. En outre, en 2000, une unité du Service de Santé des FAR fût dépêchée en Palestine pour faire évacuer une quarantaine de blessés de l’Intifada vers l’hôpital militaire d’instruction Mohammed V. Au Niger, pays victime de la famine après une invasion des acridiens, une action de solidarité a été également menée par les militaires marocains, en faisant preuve d’une grande compétence et d’une organisation sans faille. Au fil de ces missions à caractère humanitaire, les FAR ont démontré que cette institution militaire n’est pas uniquement une force de combat, mais également une force citoyenne.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *