Les Olympiades culturelles d’Athènes

Les Olympiades culturelles d’Athènes

Les Jeux olympiques. Voilà qui nous renvoie directement vers la compétition sportive et le dépassement physique de soi, loin des choses de l’esprit et de l’intellect. Et si les Olympiades étaient également l’occasion d’aider à une meilleure compréhension mutuelle entre les peuples. C’est en tout cas ce que les organisateurs de cette manifestation ont tenté de faire, en instituant l’Olympiade culturelle. Il s’agit d’une institution internationale, dont le but est constituer un pont de réconciliation entre les peuples qui véhicule un message de tolérance et de paix.
C’est en tout cas ce qu’a indiqué Sophia Hiniadou-Cambanis, représentante aux pays du Maghreb de la fondation hellénique pour la culture lors d’une présentation des Jeux olympiques et de l’Olympiade culturelle lundi soir à Rabat. Les fondements de la présence internationale de l’Olympiade culturelle ont été posés en 1997, lorsque la 28-ème session de la conférence générale de l’UNESCO avait accepté à l’unanimité la coopération avec l’institution de l’Olympiade culturelle organisée par la Grèce.
L’attribution des J.O pour 2004 à Athènes est venu renforcer ce concept en donnant lieu à la proclamation de l’institution de l’Olympiade culturelle. L’activité culturelle olympique prend aujourd’hui une dimension autonome, a-t-elle dit, expliquant que l’Olympiade culturelle ne se limite pas à une série d’activités pour démontrer les valeurs diachroniques de la civilisation hellénique.
«La Grèce, premier pays ayant lancé et adopté le principe de l’Olympiade culturelle, met l’accent sur les formes d’activités culturelles qui lient les lettres et les arts à la culture de la vie quotidienne», a-t-elle dit. Les jeux d’Athènes allieront, pour la première fois, dans l’olympisme contemporain, l’excellence du sport au prestige de l’histoire et des monuments de l’antiquité dans une perspective historique et philosophique aux racines profondes.
Le programme de l’Olympiade culturelle s’organise sur trois volets. Le premier, concernant «la civilisation des arts», initie des éléments originaux tout en traçant des chemins nouveaux démontrant l’aspect universel de la culture. Le deuxième volet se consacre à la culture quotidienne avec une série d’initiatives comme par exemple la vaccination de 1,4 million d’enfants contre six maladies basiques grâce à la collaboration entre l’Olympiade et l’Unicef. Cette initiative vise à promouvoir la culture de survie et a pour ambition d’adresser au monde développé un message de sensibilisation. Le troisième aborde le côté institutionnel.
L’Olympiade a été adressée aux pays qui participent au mouvement olympique leur demandant d’organiser des comités nationaux de l’Olympiade culturelle. Plus de 70 pays ont déjà répondu à cet appel. Le Maroc fait partie des premiers adhérents. Tout pays organisateur des JO est appelé à réaliser un programme d’activités culturelles pendant les quatre années précédant la tenue de cet événement sportif et durant la période des Jeux.
« Le bilan des activités de l’Olympiade culturelle de 2001 à 2004 est impressionnant », a indiqué Mme Hiniadou-Cambanis, dont les propos ont été relayés par la MAP. Plus de 50 événements liés à la musique, la danse, le théâtre, l’héritage culturel, l’architecture, l’écologie, la littérature, la poésie, la peinture, le cinéma, la sculpture, l’archéologie et l’art de la céramique ont été organisés.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *