Les pauvres se divertissent aussi

Les pauvres se divertissent aussi

«Après une analyse des festivals qui se déroulent au Maroc, nous nous sommes aperçus qu’ils sont généralement destinés aux élites et donc n’ont pas d’impact sur la population». De ce constat, établi par Rachid Badouli, directeur du festival «Les Semaines ludiques méditerranéennes», prévu du 13 au 19 juin 2005 à Rabat, et du 16 au 26 juin 2005 à Oujda, il ressort que la création d’un festival qui se déroule en dehors des remparts feutrés des médinas, c’est-à-dire dans les quartiers populaires, devient une nécessité. «Les Semaines ludiques euro-méditerranéennes répondent au besoin des jeunes issus de quartiers défavorisés d’avoir un espace d’expression libre et ouvert à tous les horizons et à tous les publics», explique Rachid Badouli.
Le festival de la Fondation Orient-Occident offre à ces jeunes non seulement un cadre d’expression décloisonné mais aussi une programmation où jeunes et moins jeunes peuvent trouver leur compte. Question espace, le Festival se tiendra dans les quartiers Yacoub El Mansour (Rabat) et Sidi Yahia (Oujda). S’agissant de la programmation, poursuit M. Badouli, «nous avons fait en sorte qu’il y ait un esprit de fête inspiré des spectacles de rue qui, faut-il le rappeler, sont une pratique très ancienne dans notre pays».
Pour cette première édition, le programme englobe différents arts de la rue de différents pays euro-méditerranéens. Au tableau de bord, différents jeux intelligents qui sont peu ou pas du tout connus des Marocains, entre autres la «grenouille» (jeu traditionnel très connu dans le nord de la France), «Zemma» (jeu ancien pratiqué en Mauritanie), «table à glisser» (Belgique), «Ludus dioçin» (Italie), «Placata» (Espagne)»… Parallèllement à ces jeux, des ateliers de formation seront organisés au profit d’animateurs marocains dans l’objectif, selon Rachid Badouli, de créer la première ludothèque au Maroc.
Et ce n’est pas tout… Écoliers, collégiens et lycéens marocains bénéficieront également d’encadrement de la part d’animateurs étrangers qui vont les initier à la fabrication des marionnettes et des cerfs-volants. Ces travaux seront couronnés du lancement de 150 cerfs-volants sur la côte Atlantique, à partir du quartier Yacoub El Mansour. Et puis, s’agissant de spectacles, une troupe allemande
spécialisée en la matière, avec la troupe marocaine «Chems», vont apprendre à des jeunes à monter sur des échasses.
Sur le registre de la musique,
plusieurs jeunes groupes formés
à la Fondation Orient-Occident seront au rendez-vous : le groupe des jeunes musiciens congolais «Tshabuala Musica», «Black-World», «Assalam Al Ghiwani», «The Scaven girls», «Frenesia», «Nemesia», «Gnaoua light», «Gnaoua Jodour» (Maroc).
Par cet événement, sont concernés principalement les jeunes de quartiers défavorisés. Une catégorie-cible pour la Fondation Orient-Occident qui mène, depuis des années, une action socio-éducative et culturelle au profit des jeunes de quartiers populaires déshérités dans différentes villes du Royaume : Rabat (Yacoub El Mansour), Casablanca (Sidi Moumen), Oujda (Sidi Yahia)… La création du Festival «Les Semaines ludiques euro-méditerranéennes» reflète ainsi une approche citoyenne de la question des jeunes au Maroc. Ce festival se veut d’autant plus utile qu’il a eu
le soutien financier de la Délégation de la commission européenne au Maroc, en partenariat avec le Goethe-Institut de Rabat, l’Association Wellouëj de Lille-France, avec la participation de l’Amesip (Association marocaine destinée aux enfants en difficulté) et de l’Ecole du cirque de Salé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *