Les premières rencontres de la photographie berbère dans la vallée des Aït-Bougmez

Les premières rencontres de la photographie berbère dans la vallée des Aït-Bougmez

C’est au cœur des montagnes du Haut Atlas, dans la vallée des Aït-Bougmez, que se tiendront les premières rencontres photographiques berbères prévues du 14 au 22 septembre. Une belle initiative menée par deux passionnés de la photographie, Said Marghadi et Jean-David Laurence. L’un est marocain de sang, l’autre de cœur.

Une autre photographe se joint à ce duo. Il s’agit de Stéphanie Ledoux qui dévoilera aux élèves du pensionnat de Tabant ses secrets de fabrication pour réaliser un beau carnet de voyage. En effet, les Rencontres photographiques berbères sont destinées aux jeunes élèves du pensionnat de Tabant. «Notre objectif est de faire découvrir les techniques photographiques aux jeunes de la région et de porter un œil bienveillant sur la culture berbère de la vallée des Bougmez», soulignent-ils. De ce fait, les trois jours seront dédiés aux ateliers techniques avec conseils sur le cadrage, la composition, l’usage des appareils photos et bien entendu la pratique.

«Des appareils photos numériques sont collectés, puis donnés à 10 élèves du pensionnat de Tabant. Après leur avoir enseigné les notions de base de la photographie, les collégiens devront chaque jour de la semaine de stage aiguiser leur regard dans un environnement qui est le leur». Au terme de ce projet éthique, les élèves devront faire un reportage sur leur environnement, notamment les moulins, les travaux des champs, la vie pastorale, l’architecture, les décorations peintes à l’intérieur des maisons, les portraits, sans oublier la nature alentour.

En ce qui concerne le financement, les formateurs sont bénévoles et prennent en charge les frais. L’association «L’arbre du voyage» a fait un appel aux dons pour financer le matériel nécessaire pour le déroulement de ces rencontres. D’ailleurs, pour mener à bien cette aventure humaine, l’association fait appel aux soutiens et aux partenaires. Les intéressés pouvant faire don d’un appareil numérique (compact, bridge ou reflex…) qui dort dans le fond d’un placard ou d’un vieil ordinateur, ou même d’une carte mémoire (SD/Compact Flash).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *