L’ESSEC est au Maroc depuis deux ans : Un anniversaire aux rythmes d’activités culturelles

L’ESSEC est au Maroc depuis deux ans : Un anniversaire aux rythmes d’activités culturelles

Cela fait déjà deux ans que l’ESSEC (Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales) Business School Afrique est au Maroc.

Pour fêter cela, cet hub du savoir a fait le choix de s’associer au grand événement culturel «Come to my home». Ses responsables en ont dévoilé les contours lors d’une rencontre organisée jeudi dernier dans le campus de l’école sis à la plage des Nations Golf Resort dans la commune de Bouknadel, avec la presse. Au-delà de cette célébration, l’établissement se veut de «proximité» comme le précise Thierry Sibieude, directeur général de l’ESSEC Afrique et professeur titulaire de la chaire Innovation et Entrepreneuriat social. Une démarche destinée, selon ses dires, à «permettre à des étudiants de l’ESSEC de Cergy et Singapour de découvrir l’école africaine et comprendre la création d’entreprises au Maroc». «Pour l’instant, les étudiants privilégient le campus de Singapour.  Tout notre travail est aussi destiné à leur montrer l’intérêt de celui africain», enchaîne-t-il. Dans le Royaume, l’école ne cesse également de développer des liens avec les entreprises marocaines.

Promouvoir l’entrepreneuriat

«Nous avons voulu travailler sur l’entrepreneuriat ainsi que l’égalité des chances», ajoute M. Sibieude. Par l’occasion, il annonce une initiative de créativité, qui aura lieu le 15 mai, dans le cadre de l’ancrage territorial de l’école avec des associations locales. «Il s’agit d’un projet créé au profit des femmes entrepreneures dans des coopératives sur le territoire», détaille-t-il. Pour justifier ce projet, le DG, qui évoque un partenariat avec l’ONU Femmes, indique que l’école s’est intéressée aux besoins de l’économie marocaine. Outre cet ancrage territorial, consistant également au développement des compétences dans l’entreprise marocaine et à la formation des étudiants africains pour l’Afrique, l’ESSEC vient d’amorcer un autre d’une nature différente pour le continent. «Nous sommes au début de l’ancrage culturel en Afrique», poursuit-il. Un enracinement qui se concrétise par l’événement «Come to my home».

Ouverture sur les cultures du monde

A propos de ce projet, le poète, réalisateur et directeur artistique, Driss Alaoui M’daghri, qui préside également l’advisory board de l’école, indique : «Je voulais faire une expérience à partir de cette plate-forme culturelle et artistique marocaine». En détail, un groupe de 200 artistes voyage avec M. Alaoui M’daghri, connu également pour avoir occupé d’éminents postes, dans le cadre du projet «Come to my home» qu’il a créé sans objectif lucratif. «Nous sommes à la 17ème édition de cet événement», précise-t-il.

Le directeur artistique, qui rappelle que son groupe se déplace de par le monde pour rassembler des artistes, musiciens, chanteurs, poètes et artistes-peintres dont ceux de l’ESSEC, saisit son passage pour mettre l’accent sur l’importance de la vocation marocaine pour l’Afrique. Un intérêt également exprimé, selon ses dires, par l’école. «Il est important, pour nous à l’occasion, d’un anniversaire de combiner le savoir à d’autres formes de connaissance. D’où l’idée des concerts dans le cadre du projet «Come to my home»», commente M. Sibieude. Aussi, cette célébration, organisée en partenariat avec la fondation Cultures du monde présidée par M. Alaoui, est, selon ses dires, marquée par des conférences dans le cadre du forum «Demain : l’Afrique et le Maroc, ce qui nous attend». Cet anniversaire, fêté en deux jours, a également été ponctué par l’organisation d’ateliers pour enfants.       

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *