L’Europe de l’est consacrée à Tétouan

La treizième édition du festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan  s’est clôturée le vendredi 30 mars au cinéma espagnol. Cette soirée était attendue  par les festivaliers pendant toute la durée de la manifestation.
Après avoir assisté pendant 7 jours aux projections, le temps était venu pour connaître les grands gagnants de cette messe cinématographique. La cérémonie de clôture a été animée par la chanteuse de “Melhoun“ Majda El Yahyiaoui. Vêtue d’un caftan signé des mains de la styliste Samira Hadouchi, elle cède la place aux présidents des trois catégories de la compétition : longs-métrages, courts- métrages et documentaires.
Le jury monte sur scène non pas pour se présenter au public puisque les spectateurs avaient le temps de se familiariser avec lui, mais plutôt pour annoncer in fine le Palmarès de cette treizième édition. Un total de neuf prix et trois mentions spéciales ont été décernés. Les films de l’Europe de l’Est ont raflé la mise. Le film croate «la route des pastèques» du réalisateur Branko Schmidt a dominé le palmarès. En effet, le jury de cette section présidée par Hamid Bennani a décidé de le gratifier de deux prix. Ainsi ce film produit en 2006 a remporté à la fois le Grand Prix de la Ville de Tétouan doté de 70.000DH et celui de la meilleure interprétation masculine qui est allé à l’acteur principal : Kresimir Mikic.
L’autre grand gagnant de ce palmarès est le film «Making of» du réalisateur tunisien Nouri Bouzid. Ce film a remporté le prix du jury et une mention spéciale pour le comédien Lotfi Abdelali. Ce drame sur la manipulation et l’extrémisme a séduit le jury. Le prix de la meilleure interprétation féminine est allé, quand à lui, a la comédienne grecque  Katia Gerou pour sa composition poignante dans «Douce Mémoire» de Kyriaskos Katzourakis. Le prix de la première œuvre est revenu au film serbe «7 vierges» de Alberto Rodriguez. Ce film relate à travers un scénario -inspiré des 7 péchés capitaux mentionnés dans la bible- le quotidien des habitants de la nouvelle Belgrade.
Le court-métrage aussi a connu des moments forts lors de cette soirée. Le grand prix est revenu au très singulier film grec Le photographe de Trikalon, tandis que les deux autres prix ont consacré l’espagnol David Martin de Los Santos (En el Hoyo, prix du jury) et le marocain installé à New-York Tarik Benbrahim (Le règlement, prix de l’innovation, sponsorisé par TV5). Une mention spéciale a été attribuée à l’italien Massima Punizione.
Le jury documentaire a choisi de distinguer deux films : “Je suis celle qui porte les fleurs vers sa tombe de Hala Abdellah et Kyriaskos Kartzourakis qui remporte le grand prix tandis que “La couleur du sacrifice“ de Mourad Boucif repart avec une mention spéciale. Le festival de Tétouan, qui en est à sa 22ème année d’existence et à sa 13ème édition, a confirmé sa place de tout premier plan parmi les festivals nationaux et ceux de la région méditerranéenne. Ce festival aurait enregistré, selon les organisateurs, une affluence record avec plus de 20000 spectateurs dans les salles. Avec plus d’une centaine de films programmés et la présence de 250 professionnels, le festival projette de devenir un événement annuel.

Palmarès

Longs-métrages
Grand Prix de la ville de Tétouan: «La route des pastèques» du réalisateur croate Branco Schmidt, Meilleure interprétation masculine : Kresimir Mikic dans le film «La route des pastèques»
Prix du jury : «Making of» de Nouri Bouzid
Mention spéciale : Lotfi Abdelali dans «Making of»
Prix d’interprétation féminine : Katia Gerou dans «douces mémoires».
Prix de la première œuvre : «7 vierges » de Alberto Rodriguez
Courts-métrages
Grand Prix : «le photographe de Trikalon» de Vassilis Kosmopoulos
Prix du Jury : «En El Hoyo» de David Martin de Los Santos
Prix de l’innovation «le règlement» de Tarik Benbrahim
Mention spéciale : «Massima Punizione» de Filippo Macelloni
Documentaires :
Grand Prix : «Je suis celle qui porte les fleurs vers sa tombe» de Hala Abdellah
Mention spéciale : Mourad Bouccif pour son film «la couleur du sacrifice».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *