L’événement pianistique du Maroc

Les responsables de la BMCI en partenariat avec l’Orchestre Philharmonique du Maroc ont annoncé mercredi dernier, lors d’une conférence de presse, le programme de la deuxième édition du Concours international de musique du Maroc.
Fort d’une première édition réussie, ce concours peut s’enorgueillir du fait que les trois candidats primés l’année précédente ont obtenu des prix dans les plus grands concours du monde. Olga Kern (russe) a gagné le Premier Grand Prix Van Cliburn aux Etats-Unis, Olivier Kern (allemand) le Premier Grand Prix Beethoven à Vienne et Alexei Grynyuk (ukrainien) le Premier Grand Prix de Shangaï. Ces trois pianistes ont obtenu ces prix après avoir été consacrés au Maroc, ce qui en dit long sur la qualité des candidats invités et sur la valeur des jurés.
Cette deuxième édition est également dédiée au piano. Sept pianistes de renom y participeront : José-Miguel Amaral (Portugal), Jung-Eun Kim (Corée du Sud), Nicolas Stavy (France), Siheng Song (Chine), Satrou Kameda (Japon), Denis Lossev (Russie) et Maurizio Bagliani (Italie).
Les éliminatoires auront lieu le mercredi 6 et jeudi 7 mars au cinéma Rialto à Casablanca. Les pianistes se produiront dans un programme libre, c’est-à-dire qu’ils choisiront eux-mêmes les compositions qu’ils vont interpréter. La finale aura lieu le samedi 9 mars au Théâtre Mohamed V de Rabat. Pas de récital cette fois-ci, puisque les trois candidats sélectionnés seront accompagnés de l’Orchestre Philharmonique du Maroc.
Le Concerto n° 1 en si bémol mineur opus n° 23 de Tchaïkovski, le Concerto en la mineur opus n°16 de Edvard Grieg et le Concerto n°1 en mi bémol majeur de Franz Liszt constitueront le programme de cette soirée. Les finalistes auront à choisir entre l’un de ces trois grands concertos. Autant dire que cette soirée promet aux mélomanes des morceaux de choix.
Le jury qui désignera le gagnant de cette soirée est en grande partie formé de Marocains et de musiciens vivants au Maroc. Il est composé de Ghislaine Hammadi, Ahmed Ouatif, Farid Bensaid, Haj Younès, Jean-Charles Biondi, Nicole Boyer, Martine Santia, Marie des Aubrysn Nicole Foussard et Oleg Rechetkine.
D’éminents musicologues, comme Ching Lie Chow, Jorge Martins, Martine Saheb-Ettaba et Jean-Manuel Scarano, y siégeront aussi. Ce jury sera présidé par le grand pianiste égyptien Ramzi Yassa. Sa présence constitue à elle seule un gage de la qualité des délibérations.
Ramzi Yassa connaît bien le Maroc, puisqu’il a déjà donné des récitals au Royaume.
C’est un fabuleux interprète de Chopin. Le public ne sera pas marginalisé dans la désignation du grand vainqueur de cette édition. Il aura également à voter, et son vote est aussi important que celui des jurés, puisqu’il constitue 50% de la valeur des notes attribuées aux candidats.
Ce concours ne verra pas la participation de candidats marocains. Farid Bensaid, président de l’Orchestre Philharmonique du Maroc, impute cela au fait qu’il n’existe pas encore dans notre pays des pianistes de la qualité de ceux qui seront présents au Concours international de musique du Maroc. Il ajoute qu’une manifestation de ce genre peut favoriser les vocations.
Elle est de nature à créer une ambiance stimulante et contribue de surcroît au rayonnement de la musique classique au Maroc. Ce concours n’aurait pu avoir lieu sans le parrainage de la BMCI. Cette banque intervient activement dans les actions culturelles. Une politique dont il faut se féliciter.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *